• Un « Jardin des héros » sera érigé à l’endroit où se trouve le monument aux morts.
  • Il rendra hommage aux victimes des Première et Seconde guerres mondiales.
  • Le monument se souviendra aussi de ceux qui sont tombés en Algérie, en Indochine ou lors des interventions de l’armée française dans des conflits à l’étranger.

Un « Jardin des héros » est sur le point de pousser à Montpellier, dans l’Hérault. Le 11 novembre 2018, jour du centenaire de l’Armistice, Philippe Saurel,​ le maire divers gauche de la ville, posera, sur l’esplanade Charles-de-Gaulle, la première pierre d’un futur monument, qui rendra hommage aux victimes montpelliéraines de toutes les guerres.

>> A lire aussi : Attentat du 13-Novembre : Une plaque pour Chloé, « victime du terrorisme », au monument aux morts d'un village

Mais pas uniquement des Première et Seconde guerres mondiales. Ce lieu se souviendra aussi, a indiqué le maire de la ville, de ceux tombés en Indochine, en Algérie ou lors des interventions de l’armée française au sein de conflits à l’étranger.

1.700 noms ressortis de la crypte

Un « Jardin des héros » qui germe dans la tête de l’élu depuis la découverte de plaques de marbre, portant le nom des jeunes Montpelliérains de 18 à 20 ans, tués entre 1914 et 1918, dans la crypte, sous le monument aux morts : « Nous les avons ressorties de là, explique le maire. Il y avait environ 700 noms… Mais les archives de la ville ont révélé qu’il en manquait environ 500. Il n’y a pour l’instant plus de place pour les ajouter. »

Dans le « Jardin des héros », un hommage sera aussi rendu sur une stèle aux trois députés de l’Hérault, qui, le 10 juillet 1940, à Vichy, se sont prononcés contre le fait d’accorder les pleins pouvoirs à Pétain : Jules Moch, Vincent Badie et Paul Boulet.

Mots-clés :