Aude: Six jeunes filles retrouvées grâce au flair d'Iris, chienne de gendarmerie

FAITS DIVERS Les six ados, âgées de 10 à 14 ans, étaient complètement perdues dans les bois...

G. N. avec AFP

— 

Un berger allemand (illustration).

Un berger allemand (illustration). — Gerard Lacz / Rex Featu/REX/SIPA

  • Six jeunes scouts se sont perdues dans les bois lors d'une course d'orientation
  • Ce sont les gendarmes, aidés par Iris, une femelle berger Allemand, qui ont retrouvé les six ados dans la nuit de vendredi à samedi

Le chien est le meilleur ami de l’homme et en voici une nouvelle preuve. Six adolescentes perdues dans les bois vendredi dans l’Aude ont en effet été retrouvées dans la nuit « blotties et apeurées » grâce au flair d’une chienne de la gendarmerie, a-t-on appris samedi auprès du chef du Centre opérationnel de la gendarmerie (COG) de l’Aude.

Vers 21h40, les gendarmes ont été informés par une cheffe scout que six jeunes filles de 11 à 14 ans n’avaient pas regagné le camp de Lespinasse qu’elles avaient quitté à 14h pour une marche d’orientation, a expliqué le capitaine Christophe Guerreiro. Quelques minutes plus tôt, cette responsable du camp avait elle-même reçu un message par texto de l’une des jeunes filles. Celle-ci l’informait qu’elles étaient perdues.

Recherches dans une « zone accidentée »

Ne parvenant pas à joindre les adolescentes, les militaires de la brigade Peyrac Minervois renforcés par deux équipes du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG), dont l’équipe cynophile, ont entrepris des recherches dans « cette zone accidentée », a ajouté ce responsable du COG.

Vers 22h30, Iris, une femelle Berger Allemand, avec son maître, le gendarme David, a pris la piste des filles. Et à 2h, après plus de 6 km de pistage, la chienne a conduit les sauveteurs auprès des jeunes filles découvertes « apeurées et blotties en sous-bois », selon l’officier.

Des loups à proximité

D’après le capitaine Guerreiro, il était d’autant plus nécessaire de retrouver rapidement les adolescentes que « potentiellement il pouvait y avoir des loups à proximité » de ce lieu très escarpé. « Il était inenvisageable de les laisser toute la nuit. Dans le département, il y a des loups et des éleveurs découvrent régulièrement leurs animaux égorgés », a expliqué à l’AFP l’officier, précisant que le gendarme David « avait galéré pour les atteindre ».

Il a ensuite fallu plus d’une heure de marche retour pour ramener « saines et sauves » les six adolescentes au camp, a ajouté le capitaine Guerreiro.

Mots-clés :