VIDÉO. Résultats législatives Gard: Pourquoi l'ancienne torera Marie Sara a perdu son pari

ELECTIONS Gilbert Collard a remporté l’élection sur la 2e circonscription du Gard, face à la candidate de La République en marche…

Nicolas Bonzom

— 

Marie Sara, le 15 juin 2017 à Aigues-Mortes.

Marie Sara, le 15 juin 2017 à Aigues-Mortes. — N. Bonzom / Maxele Presse

  • Marie Sara était investie par La République en marche dans le Gard.
  • Elle fut l’une des premières femmes à participer à une corrida.
  • Gilbert Collard a renouvelé son mandat avec 123 voix d’écart.

Battre la campagne avec le Premier ministre Edouard Philippe, jeudi, à Aigues-Mortes, ne l’aura pas portée vers l’Assemblée nationale. Dimanche, Marie Sara, investie par La République en marche, a perdu son pari sur la 2e circonscription du Gard.

>> A lire aussi : VIDÉO. Résultats législatives Gard. Le camp Macron gagne partout... sauf dans la circonscription de Collard

Après un duel des plus serrés en Camargue, Gilbert Collard, soutenu par le FN, a finalement renouvelé son mandat de député, avec 123 voix de plus que l’ex-torera.

« Je suis triste »

Les premières raisons de sa défaite, c’est Marie Sara elle-même qui les a listées, dimanche, peu après l’annonce des résultats officiels, face à de nombreuses caméras.

« Je suis déçue, je suis triste, a confié dimanche la quinquagénaire, qui fut la première femme à professionnaliser le métier de torera. Je suis triste pour celles et ceux qui ont cru à la victoire (…) L’union pour battre l’extrême droite ne s’est pas suffisamment faite. L’appel aux autres candidats n’a pas été assez entendu, malgré les prises de position de nombreux maires Les Républicains qui ont appelé à faire barrage au FN. »

« Je n’accepterai aucune leçon de morale »

Marie Sara regrette notamment l’absence de consigne de vote de Pascale Mourrut, la candidate LR, qui n’a pas passé le 1er tour dans la circonscription, avec 14,22 %. « Pascale Mourrut n’a pas joué le jeu, la droite au Grau-du-Roi n’a pas joué le jeu », confie Laurent Mespoulet, responsable de la mobilisation de LREM dans le Gard et directeur de campagne de Francoise Dumas, élue dans la 1re circonscription.

« Je n’accepterai aucune leçon de morale quant à ma décision de ne pas donner de consigne de vote », réagit cette dernière sur Facebook, regrettant tout de même que le député sortant Gilbert Collard ait été reconduit à l’Assemblée nationale. Pour l’ancienne candidate de la droite, ces consignes de vote sont « dépassées ».

L’abstention, qui culmine à près de 52 % dans cette 2e circonscription du département du Gard, explique aussi peut-être la défaite de l’ancienne torera à cheval.

Les anti-corrida montent au créneau

Mais il y a peut-être une autre raison à sa défaite : son amour pour la tauromachie. Si la discipline est sans doute plus populaire en Camargue qu’ailleurs (même si la culture phare, c’est la course camarguaise, sans mise à mort), elle reste clivante…

Les anti-corrida, qui n’ont pas manqué de se mobiliser contre Marie Sara pendant la campagne, sont nombreux depuis l’annonce des résultats à applaudir sa chute. Pendant sa fulgurante carrière, cette Gardoise d’adoption, née en région parisienne, tombée amoureuse de la corrida alors qu’elle n’était qu’adolescente, aura participé à la mise à mort d’un peu moins de mille taureaux dans les plus grandes arènes.

« Que Macron retienne la leçon »

Premier satisfait, Aymeric Caron. Le journaliste et écrivain, fervent défenseur de la cause animale, n’a pas raté Marie Sara pendant la campagne. Il a renouvelé son animosité à son égard, dimanche soir : « Marie Sara battue : les électeurs ont dit non à la corrida et ont refusé de se déplacer pour contrer le FN. Que Macron retienne la leçon. »

Même sentiment pour la fondation Brigitte Bardot. « Marie Sara, le mauvais choix d’Emmanuel Macron… Pas de majorité dans le Gard, c’est dire comme la corrida divise plus qu’elle ne rassemble ! » écrit l’organisme de défense des animaux.

Les internautes sont, eux, nombreux à se réjouir, depuis dimanche, sur Twitter, de l’échec de Marie Sara. Avec plus ou moins de virulence à l’encontre de la candidate.