VIDÉO. Montpellier: Une colonie de ragondins se la coule douce dans un quartier chic

ENVIRONNEMENT Si certains les trouvent « super mignons », ces dizaines de rongeurs pourraient cependant mettre l’équilibre écologique du bassin Jacques-Coeur en péril…

Nicolas Bonzom

— 

Pépères, les ragondins, sur le bassin Jacques-Coeur.

Pépères, les ragondins, sur le bassin Jacques-Coeur. — N. Bonzom / Maxele Presse

A Port-Marianne, les canards et les cygnes du bassin Jacques-Coeur ont de nouveaux colocataires : depuis des mois, des ragondins ont élu domicile dans ce quartier chic de Montpellier, à quelques mètres des terrasses des restaurants… De petits êtres moustachus qui ont quitté le Lez, attirés par la nourriture lancée par les passants.

« Je les trouve super mignons ! », confie une jeune femme, qui s’approche un peu des berges pour photographier les bébés ragondins qui viennent de naître.

« Un petit coin de paradis »

« On a une biodiversité exceptionnelle sur ce bassin, se réjouit un habitant du quartier, dont le toutou s’interroge devant un petit ragondin. C’est un régal, chaque matin, de venir se balader ici. » Un « petit coin de paradis », souligne une voisine, qui « adore les ragondins ». « Ils sont inoffensifs, on adore s’asseoir sur un banc pour les regarder ».

Un ragondin, à Port-Marianne à Montpellier.
Un ragondin, à Port-Marianne à Montpellier. - N. Bonzom / Maxele Presse

Mais pour d’autres riverains, l’invasion du bassin par ces dizaines de rongeurs herbivores n’est pas ce qu’il est arrivé de mieux à ce quartier de Montpellier. « Ils trimballent des maladies, reprend Stéphane, qui habite à Port-Marianne. Quand je vois ces gamins, qui essaient de les caresser… Ils sont très loin d’être farouches ces ragondins ! » « Et ils se reproduisent à une vitesse absolument folle, il y en a partout », explique un retraité.

L’équilibre écologique en péril ?

La prolifération de ces drôles de mammifères, considérés comme nuisibles, est suivie de très près par Patrick Berger, le directeur du service paysage et biodiversité à la ville. D’abord parce qu’ils peuvent transporter en effet certaines maladies. Mais aussi car à grands coups de deux à trois portées tous les ans pour les femelles, les ragondins peuvent rapidement mettre en péril l’équilibre écologique tout entier d’un site naturel.

La cohabitation avec les canards se déroule à merveille pour les ragondins.
La cohabitation avec les canards se déroule à merveille pour les ragondins. - N. Bonzom / Maxele Presse

« Ils coupent les roseaux pour construire leurs habitats, ce qui rend le filtrage de l’eau plus difficile, explique ce spécialiste. La quantité d’azote dans l’eau augmente, la quantité d’oxygène baisse. Et les poissons en souffrent. » A la mairie, on envisage une intervention pour tenter de réguler cette population. Peut-être pour les déplacer.

En attendant, Patrick Berger invite les habitants du quartier à ne pas les nourrir… et à surtout faire attention à leurs doigts. « Ils peuvent paraître paisibles comme ça, mais s’ils se sentent en danger, ils peuvent se fâcher », confie le technicien.