VIDEO. Montpellier: Fou rire et bonne cause à la course de hauts talons de Palavas

INSOLITE Une course à hauts talons était organisée ce week-end à Palavas. Pour le fun et pour soutenir la fondation Stargardt, du nom d’une maladie génétique qui touche environ 5.000 personnes en France…

Jerome Diesnis

— 

Quatre étudiantes de l’Idrac ont organisé une course caritative à talons hauts, samedi à Palavas. Derrière l’apparente légèreté de cette manifestation, le but était de faire connaître la fondation Stargardt, du nom d’une maladie génétique qui touche environ 5.000 personnes en France.

Quatre étudiantes de l’Idrac ont organisé une course caritative à talons hauts, samedi à Palavas. Derrière l’apparente légèreté de cette manifestation, le but était de faire connaître la fondation Stargardt, du nom d’une maladie génétique qui touche environ 5.000 personnes en France. — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

  • Quatre Montpelliéraines étudiantes à l’Idrac ont organisé la première course à hauts talons de Palavas
  • L’épreuve insolite a attiré énormément beaucoup de curieux. Une cinquantaine de personnes ont franchi le pas et participé
  • Derrière l’apparente légèreté de cette manifestation, le but était de faire connaître la fondation Stargardt, du nom d’une maladie génétique qui touche environ 5.000 personnes en France

Elles avaient tout prévu. Y compris les secours en cas d’entorses de cheville. Mais surtout une dose de bonne humeur. Anaïs, Pauline, Sylvie et Delphine, quatre étudiantes de l’Idrac, ont réussi leur coup en organisant une course en haut talon, à Palavas-les-Flots. Hauteur minimum de 7cm, mètre de couturière à l’appui. « On voulait faire quelque chose d’original, qui n’existait pas dans le sud de la France », dit en souriant Anaïs.

Trente mètres à fond avec comme premier objectif d’éviter la chute, en plus des cadeaux glissés sous la semelle des trois premières. « Je ne comptais pas gagner, s’amuse Béatrice, 50 ans, une fois franchie la ligne d’arrivée. C’était pour le fun et la bonne cause. » Derrière le côté ludique, les fonds recueillis auprès des participants ont été reversés à la Fondation Stargardt.

Pour la Fondation Stargardt

L’association vient en aide aux personnes souffrant de cette maladie ophtalmologique génétique. « Elle touche environ 5000 personnes en France, souligne Denis Cayet, son fondateur. Les symptômes arrivent généralement entre 14 et 20 ans. La vue centrale disparaît avec les années. Et la tache s’agrandit avec le temps, à mesure que les cônes de la rétine se dégénèrent ».

Sur les trente mètres du tapis rouges, les participantes ont joué le jeu avec le sourire. Ou plutôt les participants, puisque quelques hommes ont piqué les talons de leur copine pour l’occasion. Un fantasme ? « Non, dit en riant Chris, qui a fini en roulade. Mais pour la bonne cause, on peut tout faire. » Au final, c’est même un représentant de la gent masculine qui a raflé la mise.