Gard: Avinton réalise le rêve d’une moto réalisée sur-mesure

INNOVATION Installée à Sommières, la société Avinton construit des motos françaises à la carte. Avec le pari un peu fou de faire appel à des fournisseurs presque exclusivement français…

Jerome Diesnis

— 

édric Klein, PDG de d’Avinton, un passionné qui a osé produire français.

édric Klein, PDG de d’Avinton, un passionné qui a osé produire français. — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

Le Japon, l’Autriche ou l’Italie n’ont pas le monopole de la fabrication de motos. A Sommières, petite ville du Gard, la société Avinton en construit et en exploite également. Mais ici, pas de travail à la chaîne. Ces roadsters sont des petits bijoux. « Chaque unité est entièrement faite sur mesure et à la carte pour nos clients, détaille le président-directeur-général Cédric Klein. Il va choisir sa position de conduite, la couleur du cadre, du moteur, son système de frein. Avinton, c’est une moto d’usine faite sur mesure, au poids du pilote ».

Ici, pas de chaîne de montage. Les motos sont travaillées sur plan, les pièces sont en fibre de carbone ou taillées dans l’aluminium pour limiter au maximum le poids : 174 kg pour un moteur de 1647 centimètres cubes. Un rapport poids puissance incroyable : une moto légère, rigide, avec énormément de couples à bas régime pour la reprise et l’accélération.

« Garder notre ADN »

L’aventure a débuté en 1996. Il a fallu dix ans avant de pouvoir homologuer et immatriculer les premiers modèles. Aujourd’hui, environ 160 Avinton roulent en Europe et depuis novembre au Japon, sorties au compte-gouttes de la manufacture. « Si on en construit 80 par an, c’est beaucoup, reprend le PDG. On est considéré comme un fabricant de motos, mais on veut garder notre ADN, notre côté artisanal. »

Cette haute couture a un prix : à partir de 34000€. Pas si démesuré. Une moto, c’est 70 fournisseurs, locaux ou français pour l’essentiel, excepté le moteur, américain (SNS, une référence mondiale) mais assemblé à l’usine. « Ça a été je pense, notre plus grand défi. Travailler en France et mettre en avant notre savoir-faire. Quand on roule en Avinton, on roule sur une moto française. »