Béziers: Il planque des micros derrière la télévision pour espionner son ex-femme

JUSTICE L'homme a été condamné à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel...

Nicolas Bonzom

— 

Un poste de télévision (Archives).

Un poste de télévision (Archives). — Ginies / Sipa

Un homme a été condamné à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Béziers. Il a été reconnu coupable d’avoir espionné son ex-femme.

D’abord, ce fut des appels à répétition : après sa rupture avec son ex-femme, qui l’a quitté en août dernier, le Biterrois n’a eu de cesse de tenter de la joindre. Le tribunal dénombre 1.214 tentatives de contacts téléphoniques en trois mois, rapporte Midi Libre.

Il craignait que sa femme quitte la région

Mais il est allé un peu plus loin encore. Dissimulé derrière la télévision, la victime a déniché un système d’enregistrement qui permettait à l’ex-mari, présenté comme « jaloux », d’écouter les conversations.

Il voulait « essayer de comprendre ». « Elle était partie de façon prématurée, sans me laisser le choix », a expliqué le prévenu, cité par le quotidien régional, qui craignait que son ancienne épouse quitte la région avec ses enfants. Selon le vice-procureur de la République, il l’espionnait pour « savoir si elle avait un amant ».

Aujourd’hui, les choses se seraient apaisées et une procédure de divorce est en cours. Au-delà des trois mois de prison avec sursis, non-inscrits sur son casier judiciaire pour des raisons professionnelles, la confiscation du matériel d’écoute a aussi été prononcée.