VIDÉO. Montpellier : L'electro sans frontières d'After Midnight

MUSIQUE Le groupe, composé d’Olivier Vasseur et du Montpelliérain Antoine Taboureux, s’apprête à sortir prochainement un troisième titre…

Nicolas Bonzom

— 

Le duo After Midnight.

Le duo After Midnight. — Jean-Baptiste Quillien

Avec After Midnight, Olivier Vasseur et Antoine Taboureux distillent une « electro aérienne » comme on n’en fait plus, quelque part entre Kavinsky et Jean-Michel Jarre. Le duo, formé il y a à peine un an, a infiltré les plateformes digitales avec Long way et Dalhia, deux sacrés morceaux qui ont propulsé la formation parmi les espoirs de la French touch.

C’est dans les studios de l’Ouvre boîte à Beauvais (Oise), que les deux hommes se sont rencontrés. Antoine, 33 ans, auteur, compositeur et interprète vient plutôt de la pop, tandis qu’Olivier, 39 ans, producteur, est résolument rock, tendance anglo-saxonne.

Des synthétiseurs tout droit sortis des années 1980

« Entre nous, le courant est très vite passé, confie le Montpelliérain Antoine Taboureux, qui compose et prête sa voix aux titres du duo. Avec ce projet, on n’a pas vraiment de limites. S’il y a une sonorité hip-hop qui nous plaît, on ne va pas s’en priver… »

Le son d’After Midnight puise notamment dans l’utilisation de deux synthétiseurs tout droit sortis des années 1980. « Cela donne un son très particulier », souligne Olivier Vasseur. Très nostalgique notamment. A suivre, pour les deux musiciens, la sortie d’un troisième titre, Tape, dans quelques semaines…

La formation étudie aussi la possibilité de sortir des studios, et de porter leur univers sur scène. « Il faut voir quelle forme cela pourrait prendre », explique Antoine Taboureux.