Montpellier : Des chercheurs créent des emballages à partir de déchets industriels

ENVIRONNEMENT Ils ont été fabriqués à partir de résidus de l’industrie alimentaire, et peuvent se jeter directement au compost…

Nicolas Bonzom

— 

L'emballage est conçu à partir de déchets des industries alimentaires.

L'emballage est conçu à partir de déchets des industries alimentaires. — EuroBioCap

Ça ressemble à s’y méprendre à du plastique, mais ce n’est pas du tout du plastique. Des chercheurs du laboratoire montpelliérain IATE (Ingénierie des agropolymères et technologies émergentes), qui regroupe l’Université, l’Inra, le CNRS et SupAgro, ont mis au point des emballages biodégradables fabriqués à partir de déchets.

>> A lire aussi : Une entreprise a trouvé le moyen de produire du plastique biodégradable

Une révolution : une fois utilisés, ils peuvent être directement jetés au compost avec les autres déchets alimentaires… Un dispositif qui vise à réduire les 5 millions de tonnes d’emballages jetés chaque année en France, dont à peine 1 % est biodégradable.

Des résidus d’industries alimentaires

Car si les bioplastiques existent bel et bien, ils posent aujourd’hui un problème majeur : ils sont fabriqués avec de l’amidon qui provient de ressources alimentaires (le blé, le maïs, ou la pomme de terre…). « Affamer une moitié de la planète pour permettre à l’autre moitié de consommer écolo, ça n’aurait pas de sens… », note Nathalie Gontard, chercheuse qui est en charge de ce projet écologique. « On remplace les plastiques issus de la chimie du pétrole par des matériaux issus de ressources renouvelables et biodégradables, et en conditions naturelles », reprend-elle.

A partir des résidus d’industries agroalimentaires (un polymère issu de la fermentation des déchets des industries laitières et des fibres issues du broyage de la paille de blé), le laboratoire a relevé le défi avec le projet européen Ecobiocap. En garantissant les qualités nutritionnelles des aliments, mais aussi en produisant un emballage dont l’aspect est similaire au plastique, pour ne pas troubler le consommateur… L’objectif, pour la chercheuse, est de « bannir les emballages non biodégradables ».