«Si Poutine n’est pas le bienvenu à Paris, il est le bienvenu à Montpellier», lance le maire Philippe Saurel

INTERNATIONAL L’élu a dénoncé mardi soir, en conseil de métropole, le comportement du ministère des Affaires étrangères avec le président russe…

Nicolas Bonzom

— 

Philippe Saurel, devant la Croix occitane

Philippe Saurel, devant la Croix occitane — Jérôme Diesnis / Maxele Presse

Voilà une sortie qui risque de ne pas passer inaperçue : mardi, lors du conseil de métropole, le maire et président de la métropole, Philippe Saurel (divers gauche), a invité… Vladimir Poutine à Montpellier (Hérault).

>> A lire aussi : VIDEO. François Hollande qualifié « d'ingrat » et « d'impoli » à la télévision russe

« Si Poutine n’est pas le bienvenu à Paris, il est le bienvenu à Montpellier », a déclaré l’élu, faisant référence à l’annulation de la visite du président de la fédération de Russie à Paris, le 19 octobre dernier.

La déclaration de Philippe Saurel (à voir à partir de 50 min) :

« Moi, je n’oublie pas Stalingrad »

« Je voudrais dénoncer la façon de faire de la politique du ministre des Affaires étrangères, actuel et passé, envers le président de Russie, M. Poutine. On ne traite pas la Russie et le peuple russe de cette façon. Moi, je n’oublie pas Stalingrad. Février 1943. Je n’oublie pas les morts qui ont arrêté, sur le front de l’Est, les armées d’Hitler ».

Pour Philippe Saurel, « on peut ne pas être d’accord, mais il y a des conventions à respecter entre les États, et l’inconséquence du visage que présente la France avec la Russie me désole profondément. La France a été le seul pays à ne pas envoyer de représentant pour la commémoration de Stalingrad. C’est une faute grave. »

Une déclaration qui intervient alors que la ville de Montpellier va signer prochainement une « convention d’amitié », sur le modèle des villes jumelles, avec la ville de Kalouga, située à environ 180 km de Moscou, autour des start-up ou de l’enseignement.