L'avant-place royale du Peyrou, à Montpellier.
L'avant-place royale du Peyrou, à Montpellier. - N. Bonzom / Maxele Presse

Voilà bientôt neuf mois que la vidéo verbalisation a débarqué dans les rues de Montpellier ( Hérault). Depuis février, la ville débusque les automobilistes malveillants à distance, en s’appuyant sur son réseau de caméras de surveillance.

>> A lire aussi : Montpellier : Les commerçants accusent la vidéo-verbalisation de faire fuir les clients

C’est depuis le Centre de supervision urbain que des agents municipaux sont chargés de repérer ceux qui se rendent coupables de stationnement anarchique, puis de dresser la contravention (qui s’élève de 35 et 135 euros) ou d’appeler la fourrière.

Une zone limitée à 20 km/h

Si seules trois zones du centre-ville étaient concernées jusqu’ici (le Pont de Sète et la rue du Grand Saint-Jean, près de la gare Saint-Roch, l’avenue de Toulouse et le cours Gambetta), la collectivité passe désormais à la vitesse supérieure.

>> A lire aussi : Montpellier : Piétons, voitures, tramway... La nouvelle avant-place du Peyrou se dévoile

Depuis ce lundi, le système a été étendu à l’avant-place royale des jardins du Peyrou. Une zone particulièrement touchée par le stationnement tous azimuts depuis cet été. « Ces derniers temps, comme il n’y avait encore aucun panneau de signalisation suite aux travaux de réfection, l’avant-place royale était devenue un véritable parking sauvage, confie Marie-Hélène Santarelli (sans étiquette), élue en charge de la sécurité. Dans les faits, nous devions attendre l’autorisation des Bâtiments de France pour implanter ces panneaux, et on ne pouvait pas les mettre n’importe où… »

Bientôt d’autres zones de vidéo surveillance

Autre nouveauté devant le Peyrou : les automobilistes seront limités à 20 km/h, avec une « priorité donnée aux piétons, puis aux deux-roues », explique la collectivité. Mais contrairement à une information erronée qui court depuis ce week-end, la vidéo ne flashera en aucun cas les excès de vitesse, note Marie-Hélène Santarelli.

Quant à la vidéo verbalisation, elle pourrait être étendue prochainement à d’autres quartiers de Montpellier. « Nous travaillons sur des pistes, nous sommes très satisfaits de ce dispositif, qui fluidifie considérablement le trafic », note l’élue, sans toutefois dévoiler les zones qui seront bientôt concernées.

Mots-clés :