Manduel: Une camionnette fonce au milieu d'une foule en panique

FAITS DIVERS Le conducteur d'un fourgon aurait fendu la foule lors d'une fête de village à Manduel, semant la panique un mois et demi après l’attentat de Nice, sans faire de victime…

Jerome Diesnis

— 

Véhicule de la gendarmerie (Illustration)

Véhicule de la gendarmerie (Illustration) — G. Varela / 20 Minutes

Selon de très nombreux témoignages, une camionnette blanche a volontairement roulé à pleine vitesse au milieu de la foule, lundi soir, au dernier jour de la fête votive de Manduel, un village du Gard situé à une dizaine de kilomètres de Nîmes.

Au moment où la majeure partie des participants sortait des arènes, un véhicule aurait forcé le passage lors de la fête votive après une altercation. Le souvenir de l’attentat à Nice étant dans toutes les têtes, la foule a été saisie d’un énorme mouvement de panique, imaginant que l’horreur recommençait.

Il n’y a finalement eu aucun blessé, mais un grand moment d’angoisse, d’autant que les occupants se seraient montrés particulièrement belliqueux. « Ils étaient quatre dans la camionnette, raconte Nadège à France Bleu Gard Lozère. Ils ont descendu la rue noire de monde à vive allure. Ils se sont arrêtés quasiment à ma hauteur. Ils ont reculé, ont ouvert leur vitre, ils hurlaient à l’intérieur. Je me suis dit, ils vont nous tuer. Finalement ils ont redémarré et sont partis ».

La gendarmerie évoque un affolement injustifié

Selon la gendarmerie qui indique l'absence de plainte ou d'enquête, il se serait simplement agi d’un malentendu. « Ce sont des enfants qui ont jeté des pétards. La présence d'une camionnette au même moment a semé la panique, mais ce n'était rien. C'est un affolement tout à fait injustifié », relate Midi Libre, citant les forces de l’ordre.

Cette version est contredite par de très nombreux témoins directs de la scène, qui s'expriment sur les réseaux sociaux notamment ou en commentaire des articles de presse. « Les gens hurlaient, pleuraient, partaient dans tous les sens. Beaucoup d’enfants et de personnes étaient présentes et sont extrêmement choquées », reprend Nadège.

Mots-clés :