Montpellier: Des drones pour sauver les diables de mer en Méditerranée

ENVIRONNEMENT L’association Ailerons lance une opération pour sauvegarder cette espèce menacée d’extinction…

Nicolas Bonzom

— 

Un diable de mer.

Un diable de mer. — Hélène Marly / Ailerons

L’association Ailerons se mobilise pour la protection des diables de mer en Méditerranée. Cette cousine de la célèbre raie manta tropicale est menacée d’extinction.

Selon l’UICN (l’Union internationale pour la conservation de la nature), l’espèce est rare : en une soixantaine d’années, la moitié de sa population aurait disparu.

Des drones et une balise

« Elle est notamment victime de la surpêche et des captures accidentelles, explique Matthieu Lapinski, président de l’association montpelliéraine. Et comme les diables de mer se nourrissent en surface, la pollution, comme la présence de plastiques ou d’hydrocarbures, leur est souvent fatale. »

Après avoir réuni de nombreux témoignages de plongeurs, de plaisanciers, ou de pêcheurs ayant croisé un diable des mers en Méditerranée, l’association passe à la vitesse supérieure avec l’opération #Wings4Sea : épaulée par les entreprises DAD (Drones Application et Développement, basée à Saint-Gély-du-Fesc) et Wipsea, l’association souhaite utiliser des drones, afin d’en savoir plus sur les diables de mer, bien trop difficile à observer via de simples plongées.

Dans le sanctuaire de Pelagos

Parallèlement, Ailerons entend poser, pour la première fois, une balise satellite sur l’un d’entre eux afin de suivre ses déplacements. « L’opération se déroulera dans le sanctuaire marin de Pelagos, qui est situé entre la France, Monaco et l’Italie. Nous avons prévu un premier repérage en octobre, puis une mission en août 2017 d’une à deux semaines. »

Un projet qui devrait permettre de récupérer de précieuses informations pour tenter de mieux protéger ces pauvres diables. Pour donner un coup de pouce à l’opération, une campagne de financement a été lancée sur Ecobole.eu. L’association espère récolter la somme de 35.000 euros.