Fabien Galthié est sans club depuis son éviction de Montpellier.
Fabien Galthié est sans club depuis son éviction de Montpellier. - PASCAL GUYOT / AFP

Une somme de 1,4 million d’euros : c’est ce que réclame Fabien Galthié au MHR. L’ex-entraîneur de Montpellier, toujours sous contrat avec le club jusqu’en juin 2017, aujourd’hui remplacé par Jake White, estime avoir été « poussé vers la sortie », comme l’a expliqué son avocat Pascal Adde-Soubra à l’audience ce lundi matin devant le tribunal des Prud’hommes. Contrairement à Mohed Altrad, le président du MHR, Fabien Galthié s’est présenté devant les juges.

La procédure de conciliation devant cette même juridiction n’avait pas abouti le 30 mars 2015, quelques mois après la notification de mise à pied conservatoire puis disciplinaire dont le technicien avait fait l’objet. Convoqué par son président, Fabien Galthié avait fait valoir son droit de retrait après avoir entendu la redéfinition de ses fonctions qui lui « aurait porté préjudice ».

Le club de Montpellier évoque un « hold-up judiciaire »

« Le préjudice économique est évident, alors que ce dossier a pris une dimension unique. On a voulu détruire l’image de M. Galthié pour l’exclure de ce monde professionnel », a repris Pascal Adde-Soubra. C’est cette atteinte aux compétences de l’entraîneur que l’avocat du MHR Philippe Bez a tenté de combattre devant les Prud’hommes, qualifiant la procédure et la somme demandée de « holp-up judiciaire ».

Selon lui, l’image du technicien n’a pas été écornée. Pour preuve, l’accumulation de « demandes d’expertises » pour Fabien Galthié toujours importantes : « Depuis l’origine de cette affaire, M. Altrad souhaite que Galthié soit l’entraîneur du club et lui fait confiance ».

Le jugement a été mis en délibéré et sera rendu le 21 mars.

Mots-clés :