Montpellier: Grâce à vos déchets, Deinove crée le biocarburant du futur

ENTREPRISES Basée à Grabels, la société vient de lancer une souscription, en vue d'une augmentation de capital qui peut aller jusqu'à 10,7 millions d'euros...

Nicolas Bonzom

— 

Emmanuel Petiot, directeur général de Deinove.

Emmanuel Petiot, directeur général de Deinove. — N. Bonzom / Maxele Presse

A Grabels, dans son laboratoire hébergé à Cap Sigma, Deinove crée le biocarburant du futur. Fondée en 2006, cette entreprise de chimie verte, cotée en bourse, vient de lancer une souscription, jusqu'au 14 décembre, en vue d'une augmentation de capital qui peut aller jusqu'à 10,7 millions d'euros.

Un biocarburant de deuxième génération

De nouveaux investisseurs ont été séduits par l’idée de Deinove : mettre au point un biocarburant de deuxième génération. Car la première, réalisée à partir de produits agricoles ou de plantes oléifères, reste très fragile, notamment à cause de son faible rendement énergétique et pour la concurrence directe qu’ils exercent sur la filière alimentaire. 

« Pour cela, nous avons développé des partenariats, avec des acteurs issus du monde entier, souligne son directeur général, Emmanuel Petiot. Nous effectuons des essais avec des résidus agricoles, des résidus forestiers ou des déchets urbains et ménagers. Ce qu’il y a dans nos poubelles, en fait. On convertit les poubelles en biocarburant… »

Un projet hautement écologique

Grâce à Deinove, nos véhicules rouleront peut-être, un jour, avec ce nouveau bioéthanol, mélangé à l’essence. Une voie qui permettrait de réduire de façon considérable les émissions de CO2. « L’idée est évidemment à haute portée écologique, assure Emmanuel Petiot. Nous recyclons nos déchets, nous les valorisons, et nous réalisons un carburant vert. »

La société, qui emploie 48 salariés, s’est aussi associée à l’américain Tyton BioEnergy, pour mettre au point le tout premier éthanol conçu à partir de tabac énergétique. Cette union vise à combiner les bactéries Déinocoques, sur lesquelles Deinove a su construire sa renommée internationale, et cette culture émergente, qui nécessite très peu de ressources en eau.

Deinove a également lancé le projet Deinochem, qui vise à produire une nouvelle génération de composés chimiques pour remplacer ceux issus du pétrole, présents dans les produits de beauté par exemple.