L'imam de Montpellier, Mohamed Khattabi, dans une vidéo sur YouTube.
L'imam de Montpellier, Mohamed Khattabi, dans une vidéo sur YouTube. -

Depuis cette nuit, l’imam Mohamed Khattabi est assigné à résidence dans son domicile de Saint-Georges d’Orques, à côté de Montpellier. Des perquisitions ont été menées chez lui, ainsi qu’à la mosquée Aïcha, où il exerce.

A lire aussi : Un imam assigné à résidence à Montpellier

Jusqu’en janvier 2014, Mohamed Khattabi était considéré comme l’une des plus hautes autorités musulmanes de la ville. Avant d’être destitué de sa qualité d'imam par l’association gestionnaire de la mosquée Averroès (La Paillade), principal lieu de culte musulman de la ville.

Longtemps considéré comme un religieux modéré, Mohamed Khattabi avait notamment œuvré pour l’accès de la mosquée à tous. « L’islam est une religion d’ouverture », évoquait-il alors, pour 20 Minutes, en juin 2013, lors des secondes journées portes ouvertes. « On en a ras-le-bol de voir des gens qui agissent au nom de Dieu et salissent notre religion. L’islam n’incite ni à la violence, ni au terrorisme », assurait-il alors.

« L’islam n’incite ni à la violence, ni au terrorisme »

Des propos réitérés à plusieurs reprises, en octobre 2014 notamment, où il avait formellement condamné le djihad dans une vidéo postée sur Youtube : « Ce ne sont pas des martyrs. Ce ne sont pas des héros, ce sont des zéros. (…) Les jeunes, faites attention, ne mettez pas votre communauté en défaut. Le mort, il est mort, et c’est fini. Mais qui subit les conséquences ? Les parents, et toute la communauté. Les vivants. »

Pourquoi, alors, fait-il l’objet d’une mesure d’une assignation à résidence ? Deux prêches, depuis, ont brouillé son image. A l’encontre des femmes, d’abord : « Peu importe tout le bien que vous ferez à une femme (…) son égoïsme la poussera à le nier », expliquait-il en 2014. « Si [une femme] succombe à sa nature et refuse de reconnaître les droits de l’homme ou plutôt la supériorité de l’homme sur elle, elle devra aller [en enfer] ». Ces propos avaient soulevé la colère de la députée Anne-Yvonne Le Dain (PS).

« Les Occidentaux ont peur que le musulman ne se réveille »

C’est un autre prêche, la semaine dernière, qui a alerté les pouvoirs publics. « Le musulman pour les Occidentaux, c’est un grand géant mais il est en train de dormir et il est malade. Ils ont peur que ce géant malade (…) ne se réveille (…) Qu’est ce qui arrivera ? Il reprendra sa place dans la sphère de la Terre, il reprendra son rôle, il va remettre les pendules à l’heure. » Dans la foulée, le réalisateur Mohamed Sifaoui a écrit au ministère de l’Intérieur pour demander l’expulsion de l’imam canadien… vers le Maroc.

Dans sa réponse à Mohamed Sifaoui, l’imam a pourtant une fois encore combattu l’islamisme radical et loué le travail de Latifa Ibn Ziaten, la mère du premier soldat français assassiné par Mohamed Merah. « Elle prêche la citoyenneté, elle essaie d’expliquer aux jeunes de ne pas tomber dans le fanatisme ni d’être une proie facile à ceux qui endoctrinent. Elle fait du bon travail sur le terrain. Elle sensibilise les jeunes : faites attention, la France est votre pays, il faut y appartenir. »

Des propos qui n'ont pas empêché son placement sous surveillance par la préfecture de l'Hérault.

Mots-clés :