Clément (à gauche) et Aaron, le jeune couple victime d'une sauvage agression homophobe, témoignent devant la presse
Clément (à gauche) et Aaron, le jeune couple victime d'une sauvage agression homophobe, témoignent devant la presse - Jérôme Diesnis / Maxele Presse

Deux jours après avoir été victime d’une violente agression homophobe à Montpellier, Clément (21 ans) et Aaron (25 ans), en couple depuis presque un an, sont venus témoigner devant la presse.

Tabassés à la sortie d’une boîte de nuit par six hommes parce qu’ils sont homosexuels, ils ont porté plainte pour violences volontaires, aggravées par deux circonstances : la réunion et le caractère homophobe. Le témoignage de Clément sur Facebook a été liké et partagé par 150.000 personnes en 36 heures. Parfois au bord des larmes, son compagnon Aaron a tenu lui aussi à témoigner.

Le témoignage de Clément en vidéo:

>>> Lire aussi : Montpellier : Victime d’une agression homophobe, son sourire fait chavirer des milliers de personnes sur Facebook

Que s’est-il passé dans la nuit de mardi à mercredi ?

On sortait de soirée. On se dirigeait pour prendre un taxi quand une voiture s’est arrêtée. Ses occupants ont proféré des insultes à caractère homophobe : « PD, vous sucez des bites, etc... » Quand on leur a demandé ce qu’ils avaient, les portières se sont ouvertes, quatre personnes se sont jetées sur Aaron, deux sur moi. Ils nous ont tabassés et sont repartis. Il n’y a aucun doute sur le caractère homophobe de l’agression.

Dans quel état étiez-vous ?

Aaron est resté inconscient plusieurs minutes. Les videurs de la boîte de nuit sont arrivés très rapidement, nous ont mis en sécurité à l’intérieur. Ils se sont occupés de nous, nous ont donnés à boire, nous ont posé les questions pour voir où on en était. Les secours sont arrivés très vite et nous ont emmenés à l’hôpital passer des examens. On est ressortis mercredi matin.

Avez-vous déposé plainte ?

Oui, aujourd’hui. Vincent Boileau Autin et la Lesbian and Gay pride (dont il est le président) nous ont énormément soutenus. Ils nous ont aidés à trouver une avocate, nous ont accompagnés au commissariat. Ce soutien et cette aide totalement bénévole et désintéressée sont très importants. Sans eux, on n’aurait peut-être pas osé porter plainte.

Vous avez organisé une conférence de presse. Pour quelle raison ?

Depuis que le mariage homosexuel a été adopté, les gens ont tendance à penser que ça a été accepté partout dans la société. Ce n’est pas le cas pour tout le monde. Il y a tous les jours des agressions homophobes. C’est la première fois que ça nous arrive, et c’est arrivé à beaucoup d’amis. Certains n’osent pas le dire et ont honte. Nous, on a décidé d’en parler et de montrer cette réalité.

Votre message sur les réseaux sociaux a été partagé et liké par des dizaines de milliers de personnes. C’était votre but ?

Je ne pensais pas que ça prendrait une telle ampleur. Quand je suis revenu chez moi, j’étais fatigué et en colère. Je me suis demandé comment répondre à ces gens qui nous ont attaqués sans raison. La meilleure façon était d’envoyer un grand sourire. Leur montrer que ce qu’ils nous avaient fait ne nous empêcherait pas de nous aimer.

Qu’avez-vous envie de dire à vos agresseurs ?

On s’aime toujours autant. Ce que vous avez fait a juste servi à montrer qu’il y a beaucoup plus de gens qui aident les homosexuels et qui l’acceptent que de gens comme vous qui les rejettent. On est en 2015, nos grands-parents acceptent l’homosexualité, alors que ce n’était pas dans leurs mœurs. Je ne comprends pas qu’il puisse y avoir des gens limités au point de ne pas accepter et tabasser des gens pour leur orientation sexuelle.

Mots-clés :