Montpellier: La réserve de Sigean inondée, une antilope morte, un gnou disparaît

METEO La réserve africaine a été victime des intempéries pour la septième fois en 15 ans...

Jérôme Diesnis

— 

La réserve africaine de Sigean a été inondée pour la 7e fois en 15 ans.

La réserve africaine de Sigean a été inondée pour la 7e fois en 15 ans. — Dimitri Moulins / RTL

Dans les branchages gît un impala. Les 90 employés de la réserve africaine de Sigean ont débuté le macabre recensement des animaux victimes des inondations, qui ont frappé le parc animalier.

L’antilope n’a pas survécu aux intempéries. Un gnou à queue blanche et une grue couronnée sont également portés disparus.

«Les animaux ont bien réagi»

Le bilan est provisoire: les responsable craignent d’éventuelles pneumonies dans les semaines à venir. Il aurait pu être plus lourd encore sans l’instinct des animaux, au nombre de 3.800. «En arrivant dimanche, j’ai eu peur de découvrir des centaines de cadavres. Mais les animaux ont très bien réagi, note Antoine Joris, responsable animalier. Les aménagements réalisés sur la réserve ont permis aux flux de ne pas tout envahir.»

Depuis 1999 et la rupture d’une digue, le parc a été inondé à sept reprises par la Berre. «Cette digue existait lors de la création du parc, souligne Marie-Laure Pereire, en charge des travaux et dossiers juridiques. Or, l’État refuse de la reconsolider, estimant que c’est à nous de nous accommoder de la Berre!» En septembre, les responsables du parc avaient d’ailleurs alerté le grand public sur les risques d’inondations, à travers une exposition.

Faute d’être reconnus pour leur impact économique sur le territoire, les responsables de la réserve africaine menacent de se délocaliser en Espagne, si rien ne change. «On en a ras le bol, c’est vraiment décourageant», peste, au micro de RTL, la directrice générale Christine Pellegrini.