Des ossements ont notamment 
été découverts par les archéologues.
Des ossements ont notamment été découverts par les archéologues. - NICOLAS BONZOM / MAXELE PRESSE

NICOLAS BONZOM

Le passé refait surface à la Cavalade. Les fouilles archéologiques préventives, entamées le 10 décembre sur les chantiers du contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier et le déplacement de l'autoroute A9, révèlent leurs secrets. Une vingtaine de chercheurs de l'Inrap (l'institut national de recherches archéologiques préventives) a mis au jour un village du Néolithique, de 2 900 à 2 700 av. JC. La zone de 7 hectares, derrière le lycée Mendès-France, près d'Odysseum, a été choisie par l'État pour être passée au peigne fin, avant le début des travaux d'ici 2014.

Une voie de Lattes à Castelnau


« Nos découvertes enrichissent notre compréhension des sociétés », se réjouit Christophe Jilabert, de la direction régionale des affaires culturelles (Drac). Les coups de truelle ont ainsi mis au jour une route, reliant Lattes à Castelnau-le-Lez, d'origine protohistorique (après la Préhistoire), qui aurait perduré jusqu'au Moyen-Âge. « Nous avons découvert huit sépultures, datées du IVe siècle après JC, le long de cette voie », reprend Fabien Convertini, archéologue à l'Inrap. Les ossements d'un ensemble « probablement familial » sont visibles. Autres trouvailles : des parures fabriquées dans des coquillages, des silex, des haches, des vases, des vaisselles et des traces de vignes. Ces découvertes historiques, bien qu'exceptionnelles, ne « retarderont pas » les chantiers de l'autoroute et du contournement ferroviaire, promettent les responsables. Les chercheurs ont jusqu'en mai pour révéler les secrets du sol montpelliérain.

■ Ouvert au public

Le chantier de la Cavalade ouvre ses portes gratuitement au public ce samedi (10 h-12 h 30 et 14 h-17 h 30), sans réservation. Des archéologues présenteront notamment le mobilier découvert sur place. En cas d'intempéries, la manifestation sera annulée.