EN DIRECT. Tunisie: Le Premier ministre n'a pas démissionné... Les Français invités à éviter le centre de Tunis vendredi...

33 contributions
Publié le 7 février 2013.

LIVE - Deuxième jour de heurts en Tunisie, après l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd...

>> Vous êtes en Tunisie actuellement? Racontez-nous la situation sur place en nous envoyant vos photos, vidéos et témoignages à reporter-mobile@20minutes.fr 

21h03: Aucune information sur la composition d'un nouveau gouvernement
La présidence tunisienne a annoncé ce jeudi n'avoir aucune information sur la composition d'un nouveau gouvernement de technocrates annoncé la veille par le Premier ministre Hamadi Jebali alors que ce dernier a été désavoué par Ennahda, son propre parti islamiste. «Le président n'a pas reçu de démission du Premier ministre ni les détails d'un cabinet restreint de technocrates annoncé par» Hamada Jebali, a indiqué le porte-parole de la présidence, Adnene Manser.

20h47: Sécurité renforcée en Egypte
Le gouvernement égyptien a renforcé la sécurité devant le domicile de plusieurs dirigeants de l'opposition libérale, à la suite de menaces de mort lancées par un prédicateur salafiste et du meurtre en Tunisie de l'opposant laïque Chokri Belaïd.

20h06: Les locaux d'un commissariat de police saccagés à Tunis
Un commissariat de police de la capitale tunisienne a été attaqué et mis à sac par plusieurs centaines de manifestants, ont rapporté des témoins à Reuters.
Plusieurs centaines de jeunes ont participé à l'opération. Ils ont jeté dans la rue les meubles, le matériel et les dossiers du commissariat avant de prendre la fuite, ont rapporté des témoins.


19h59: Aucune démission du Premier ministre reçue à la présidence
Le porte-parole de la présidence tunisienne, Adnene Manser, assure: «Le président n'a pas reçu de démission du Premier ministre ni les détails d'un cabinet restreint de technocrates annoncé par le Premier ministre.»


 

19h51: La présidence tunisienne veut un gouvernement «de compétences»


La présidence impose par ailleurs au Premier ministre de constituer son gouvernement sous 15 jours.

19h26: L'ambassade de France recommande de ne pas sortir à Tunis vendredi
«Sauf raison impérative, il est recommandé d’éviter le centre ville de Tunis demain, vendredi 8 février 2013», indique l'ambassade de France à Tunis sur son site inernet. «D’autres consignes seront éventuellement données en fonction de l’évolution de la situation», ajoute la représentation diplomatique.

19h22: Des pillages constatés à Sfax
Des pilleurs se sont attaqués à des boutiques dans la ville de Sfax, au nord-est du pays.



19h14: Le cortège funéraire sera protégé par des militaires
Pour éviter tout débordement lors de l'enterrement de Chokri Belaïd, vendredi, l'armée doit accompagner le cortège funéraire jusqu'au cimetière.


18h47:  Images de l'intervenion musclée de la police à Tunis vers 14h30 ce jeudi après-midi



17h52: La présidence de la République tunisienne annonce une conférence de presse à 19h


 

17h25: Incendies dans la ville de Kélibia
Alors que les locaux d'Ennahda ont été incendié plus tôt dans l'après-midi, il semblerait que la situation empire dans cette ville du nord-est du pays avec l'incendie du poste de police.


17h21: Un mémorial pour Chokri Belaïd
Des anonymes ont construit un petit mémorial à l'endroit où Chokri Belaïd a été assassiné:



17h14: Menaces de mort contre le secrétaire général de l'UGTT
L'Union générale tunisienne du travail (UGTT), principal syndicat du pays, a appelé à une grève générale vendredi. D'après son entourage, le secrétaire général de l'UGTT, Hassine Abassi, a reçu des menaces de mort après l'annonce de cette première grève générale en 34 ans en Tunisie.

16h40: Les membres de l'opposition égypienne protégés après le meurtre de Chokri Belaïd
La mort de Chokri Belaïd a un effet inattendu en Egypte. Alors qu'un prédicateur radical a lancé mercredi une «fatwa» contre les dirigeants de l'opposition, les autorités ont décidé ce jeudi d'accorder à Mohamed ElBaradei et Hamdine Sabahi une protection permanente de leur domicile.

16h07: Pas de mesures particulières mises en place pour les ressortissants français en Tunisie
5.000 Français résident actuellement en Tunisie. Interrogée par BFM TV, Hélène Conway-Mouret, a ministre déléguée chargée des Français de l'étranger, a déclaré qu'il n'y avait pas de mesures spécifiques mises en place pour les ressortissants français en Tunisie. «La situation est assez explosive mais il n'y a pas de mesures exceptionnelles pour les ressortissants français en dehors du bon sens.»

15h55: La séance à l'assemblée tunisienne a commencé
La séance a été annoncée ce jeudi main. Elle doit être consacré à la mort de Chokri Belaïd.


 

15h48: La situation est redevenu calme à Tunis
Depuis que les forces de l'ordre on évacué l'avenue Bourguiba, la situation est calme mais l'ambiance reste tendu selon des témoins.


 

15h36: La mort de l'enfant à Gafsa démenti par une radio


 

15h21: Des images de la manifestation puis des heurts avec les policiers à Gafsa


 

15h02: Un enfant serait mort à Gafsa
Plusieurs compte Twitter de personnes en Tunisie annonce la mort d'un enfant dans la ville de Gafsa, ville où des affrontements ont lieu entre policiers et manifestants depuis la fin de la matinée.


 

14h55: L'avenue Bourguiba, à Tunis, totalement déserte

Les policiers ont empêché les manifestants d'approcher du ministère de l'Intérieur, avenue Bourguiba à Tunis. Des nuages de gaz se sont répandus sur toute l'avenue, alors que la police pourchassait à coup de matraques les manifestants dans les rues alentours. 

 

14h50: «On dit à ce gouvernement: "Dégage!"»
Quelques minutes avant que la police ne déloge les manifestans de l'avenue Bourguiba, à l'aide de gaz lacrimogènes, un journaliste de BFM TV a pu interviewer de smanifestants:


14h42: Les universités tunisiennes seront fermées vendredi et samedi


14h33: Selon des témoins, les policiers seraient particulièrement violents à Tunis



Un policier a été tué mercredi lors des affrontements avec les manifestants.



>> Retrouvez ici tous les événements de la journée de mercredi 

14h27: Les policiers tentent de disperser la foule devant le ministère de l'Intérieur


14h16: Des heurts auraient lieu entre policiers et manifestants avenue Bourguiba, à Tunis


14h09: Les partis politiques d'opposition refusent également le gouvernement de technocrate
Les principaux partis d'opposition (Nida Tounes, Massar, le Parti républicain et le Front populaire) ont rejeté, comme Ennahda, le projet de constitution d'un gouvernement d'experts dirigé par Hamadi Jebali. Ils exigent d'être consultés avant toute décision.
«La situation a changé désormais (...) Des consultations avec l'ensemble des partis sont essentielles», a ainsi déclaré la secrétaire générale du Parti républicain, Maya Jribi.
L'ancien Premier ministre Béji Caïd Essebsi, chef de file des laïcs de Nida Tounes, a abondé dans ce sens: «L'ensemble du gouvernement, y compris le Premier ministre, doit démissionner.»

13h42: Les écoles françaises en Tunisie seront fermées vendredi et samedi
«Les établissements scolaires français en Tunisie seront exceptionnellement fermés le vendredi 8 et le samedi 9 février», a annoncé sur son site l'ambassade de France à Tunis.

13h35: Cocktail molotov contre gaz lacrymogènes à Gafsa
Des centaines de manifestants anti-islamistes et la police s'affrontaient ce jeudi matin devant le siège du gouverneur de Gafsa, ville instable du bassin minier tunisien (centre). Les manifestants qui procédaient à des funérailles symboliques de Chokri Belaïd, l'opposant tunisien assassiné mercredi à Tunis, ont jeté un cocktail molotov sur les policiers qui ont répliqué par des tirs massifs de gaz lacrymogènes.
La situation ne semble pas s'améliorer:


13h30: Des manifestants et policiers s'affrontent dans la ville de Gafsa


13h28: Le puissant syndicat UGTT décrète la grève générale pour vendredi


13h22: La manifestation a commencé à Tunis




13h06: L'enterrement de Chokri Benlaïd aura lieu vendredi 
Sa dépouile devrait sortir vers 12h de la maison de la culture de jbal jloud et se dirigera vers Al Jallez, avant l'enterrement à 16h.


12h22: Les responsables du syndicat UGTT discutent pour savoir s'ils participent vendredi à la grève générale
L'opposition tunisienne a appelé à un gréve générale dans le pays vendredi. Le puissant syndicat tunisien UGTT est réuni depuis 10h30 environ pour décider de participer, ou pas, à cette grève

12h18: La maison d'enfance de Chokri Belaïd submergée par les personnes voulant lui rendre un dernier hommage


12h08: Le bâtonnier de Paris en Tunisie pour rendre hommage à Chokri Belaïd

Christiane Féral-Schuhl, bâtonnier de Paris, devait se rendre à Tunis, ce jeudi matin, afin d’apporter son soutien, au nom des 25.000 avocats du barreau de Paris, aux avocats tunisiens, suite à l’assassinat de Chokri Belaïd, avocat défenseur des droits de l’Homme et homme politique.

 

11h55: Un rassemblement est en cours à Tunis, avenue Bourguiba, a constaté un journaliste de Fance 24


11h29: L'assemblée tunisienne tiendra une séance plénière à 15h
Les députés tunisiens ont appris par SMS la tenue d'une séance plénière à l'assemblée ce jeudi après-midi. L'opposition n'est pas sûre d'y participer.


11h19: Recueillement à l'endroit où a été tué Chokri Belaïd


11h05: Chokri Belaïd inhumé vendredi
Les funérailles de l'opposant auront lieu vendredi au cimetière du Jellaz, à Tunis. Sa dépouille est en train de partir de son domicile de Menzah 6, pour le domicile de ses parents à Djebel Jelloud.

11h: Hamadi Jebali insulté sur les pages pro-Ennhada
Le Premier ministre issu des rangs du parti islamiste Ennhada, qui a choisi de former un gouvernement restreint constitué entièrement de technocrates, est fustigé sur les pages pro-Ennhada des réseaux sociaux, rapporte Tunivisions.net.

10h45: L'association tunisienne contre la torture évoque une «liste» d'opposants à assassiner
Radia Nasraoui, présidente de l'association tunisienne contre la torture, a évoqué sur France Info une «liste» sur laquelle figureraient des noms d'opposants à assassiner. «On nous pale de liste où il y a plusieurs opposantsq. De listes qui ont été établies (...) apparemment par des islamistes ou des salafistes», a indiqué Radia Nasraoui. «Les gens craignent que ce ne soit pas le seul cas, que ce ne soit pas le dernier cas», ajoute-t-elle.

10h30: La presse tunisienne inquiète pour l'avenir
La presse tunisienne craint un cycle de violences toujours plus sanglant, tout en espérant que l'annonce de la formation d'un nouveau gouvernement désamorce ces tensions. «Le tournant est extrêmement dangereux car, il est clair que plus personne n'est dorénavant à l'abri des expéditions de liquidation d'escadrons de la mort», s'insurge Le Quotidien. Le quotidien La Presse se dit pour sa part partagé «entre le deuil et l'espérance», après l'annonce de la formation d'un gouvernement de technocrates par le Premier ministre Hamadi Jebali mercredi.

10h17: Le parti Ennhada refuse la formation d'un gouvernement restreint
Le parti islamiste a refusé la dissolution du gouvernement voulue par le Premier ministre Hamadi Jebali, et veut poursuivre les discussions sur un éventuel remaniement. «Le Premier ministre n'a pas sollicité l'opinion de son parti», a déclaré le vice-président d'Ennhada, Abdelhamid Jelassi. «Nous croyons nous à Ennhada que la Tunisie a besoin aujourd'hui d'un gouvernement politique (...) Nous allons poursuivre les discussions avec les autres partis sur la formation d'un gouvernement de coalition», a-t-il ajouté.

10h05: Chokri Belaïd «savait qu'il pourrait mourir comme ça», selon sa veuve
Besma Khalfaoui raconte à BFMTV que son mari lui répétait malgré tout de «ne pas avoir peur».




10h: La France doit «soutenir les démocrates» en Tunisie, dit Valls
La France doit «soutenir les démocrates» en Tunisie pour que les «valeurs de la révolution du jasmin ne soient pas trahies», a estimé ce jeudi matin Manuel Valls sur Europe 1. «Il y a un fascisme islamique qui monte un peu partout et cet obscurantisme doit être évidemment condamné puisqu'on nie cet état de droit, cette démocratie pour lesquels les peuples libyens, tunisiens, égyptiens se sont battus», a ajouté le ministre.




9h45: «Il y a des extrémistes qui veulent que la révolution échoue», selon Laurent Fabius
Interrogé sur RMC/BFMTV, le ministre des Affaires Etrangères a dénoncé les «ennemis de la révolution» de jasmin. «Je veux condamner de manière extraordinairement ferme ce qui s'est passé en Tunisie», a ajouté le chef de la diplomatie française, évoquant un «assassinat politique». «Je veux apporter le soutien de la France, du président, de moi-même à une Tunisie démocratique et pacifique (...) Il y a des extrémistes qui veulent que la révolution échoue.»




Au lendemain de l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd, une nouvelle journée de tensions s'annonce en Tunisie.

>> Revivez les événements de la journée de mercredi ici

Mercredi, un policier est mort lors des violentes manifestations provoquées par l'assassinat du dirigeant de l'opposition laïque, et quatre partis d’opposition -le Front populaire, Al-Massar, le Parti républicain et Nidaa Tounes- ont appelé à une grève générale ce jeudi.

Mercredi soir, le Premier ministre Hamadi Jebali, membre du parti islamiste Ennahda, s'était adressé à la Nation pour annoncer la démission du gouvernement. Il a décidé de former un «gouvernement de compétences nationales» composé de technocrates «n'appartenant à aucun parti et travaillant pour l'intérêt de la Nation, et promis d'organiser rapidement des élections pour tenter de calmer les manifestants.

B.D., I.R. avec agences
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr