Avion turc abattu par la Syrie: L'Otan exprime sa solidarité, un conflit armé improbable

4 contributions
Publié le 26 juin 2012.

DIPLOMATIE - L'Otan a fermement condamné la destruction d'un F4 turc par l'armée syrienne et appelé Damas à éviter de nouveaux incidents de ce type...

Les pays de l'Otan ont exprimé mardi leur solidarité avec la Turquie après la destruction d'un de ses avions militaires par la Syrie et prévenu que l'Alliance atlantique mènerait des consultations en cas de nouvel incident, a déclaré le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen. Il a également appelé les autorités de Damas à tout mettre en oeuvre pour éviter de nouveaux incidents de ce type.

L’article 5 de solidarité entre Etats membres pas invoqué

La destruction du F4 turc est inacceptable, a également dit Rasmussen, qui l'a condamnée «dans les termes les plus forts». «Nous nous tenons au côté de la Turquie dans un esprit de solidarité», a-t-il poursuivi à l'issue d'une réunion extraordinaire des ambassadeurs l'Otan à la demande d'Ankara.

Il a cependant précisé que l'article 5 du traité de l'Atlantique-Nord, qui organise la solidarité entre ses Etats membres en cas d'agression et autorise au besoin l'emploi de la force armée, n'a pas été invoqué lors de la réunion au siège de l'Otan, à Bruxelles.

La Syrie a expliqué son acte en affirmant que l'appareil s'était rendu coupable d'une «violation manifeste» de sa souveraineté et a mis en garde Ankara et l'Otan contre d'éventuelles représailles.

Pas de réponse armée

En parallèle, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a averti ce mardi que l’armée turque avait changé ses règles d'engagement et répondrait à toute violation de sécurité à sa frontière avec la Syrie. Le chef du gouvernement turc a ajouté que l'avion de combat abattu par la Syrie avait été délibérément visé et qu'il ne s'agissait pas d'un accident, mais d’un «acte hostile» et une «attaque lâche du régime (du président Bachar) al-Assad» contre la Turquie.

La Turquie a souligné qu'elle ne souhaitait pas s'engager dans un conflit armé après cet incident, mais Erdogan a déclaré que la réponse mesurée d'Ankara ne saurait être prise pour de la faiblesse. «La colère de la Turquie est aussi forte que son amitié est précieuse», a prévenu le chef du gouvernement turc lors d'une intervention devant le groupe parlementaire de l'AKP, le parti au pouvoir.

«Le régime d'Assad est devenu une menace claire»

«Ce dernier événement montre que le régime d'Assad est devenu une menace claire et proche pour la sécurité de la Turquie comme pour son propre peuple», a-t-il déclaré. Pour Erdogan, la Turquie était totalement dans son droit car il s'agissait d'un «avion de reconnaissance non armé» qui a été abattu «dans l'espace aérien international».

La Turquie ripostera «en temps opportun» et avec «détermination» à la chute de son avion, a-t-il promis. «Le peuple syrien est notre frère. La Turquie soutiendra le peuple syrien de toutes les manières nécessaires jusqu'à ce qu'il se sauve de l'oppression, du massacre, de ce dictateur sanguinaire et de sa clique», a-t-il lancé.

N. Bg. avec agences
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr