VIDEO. Frappes en Syrie: «Aucun enfant de Dieu ne devrait avoir à subir une telle horreur», justifie Donald Trump

DISCOURS Les Etats-Unis ont répondu dans la nuit de jeudi à vendredi à l’attaque chimique présumée menée par Damas mardi…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président américain Donald Trump s'est exprimé sur les frappes aériennes lancées sur une base syrienne.

Le président américain Donald Trump s'est exprimé sur les frappes aériennes lancées sur une base syrienne. — Alex Brandon/AP/SIPA

Jeudi soir, le président américain Donald Trump a ordonné une frappe punitive contre le régime syrien de Bachar al-Assad. « Mardi, le dictateur syrien Bachar al-Assad a lancé une horrible attaque avec des armes chimiques contre des civils innocents », a déclaré le chef d’Etat américain en introduction de son allocution prononcée depuis sa résidence privée de Mar-a-Lago en Floride.

« En utilisant un agent neurotoxique mortel, Assad a arraché la vie à des hommes, femmes et enfants sans défense. Beaucoup ont connu une mort lente et brutale. Même de beaux bébés ont été cruellement assassinés dans cette attaque véritablement barbare. Aucun enfant de Dieu ne devrait avoir à subir une telle horreur », a argué Donald Trump, touché par les images des blessés dans l’attaque chimique présumée.

>> Suivez les événements en direct

Changement de ton

« Ce soir, j’ai ordonné une frappe militaire ciblée sur la base aérienne en Syrie d’où a été lancée l’attaque chimique. Il est dans l’intérêt vital de la sécurité nationale des Etats-Unis d’empêcher et de dissuader la dissémination et l’utilisation d’armes chimiques mortelles.

>> A lire aussi : Ce que l'on sait de la riposte lancée par les Etats-Unis

Il ne peut y avoir aucun doute que la Syrie a utilisé des armes chimiques interdites, a violé ses obligations vis-à-vis de la Convention sur les armes chimiques, et a ignoré l’exhortation du Conseil de sécurité de l’ONU », a-t-il estimé.

L’Amérique « synonyme de justice »

Le visage grave, le président républicain a affirmé que l’Amérique était « synonyme de justice », appelant les « nations civilisées » à mettre fin au bain de sang en Syrie, ravagée par une guerre qui a fait 320.000 morts depuis mars 2011, jeté des millions de réfugiés sur les routes et provoqué la pire crise humanitaire depuis la Seconde guerre mondiale.

>> A lire : Comment expliquer le revirement de Donald Trump ?

« Nous demandons à Dieu de nous inspirer pendant que nous faisons face au défi de notre monde très troublé. Nous prions pour les vies des blessés et pour les âmes de ceux qui sont décédés. Et nous espérons qu’aussi longtemps que l’Amérique sera synonyme de justice, la paix et l’harmonie finiront par l’emporter.

Bonne nuit. Et que Dieu bénisse l’Amérique et le monde entier. Merci », a-t-il conclu.