Des soldats du régime syrien font le «V» de la victoire dans le district de Sukkari, à Alep, le 23 décembre 2016.
Des soldats du régime syrien font le «V» de la victoire dans le district de Sukkari, à Alep, le 23 décembre 2016. - George OURFALIAN / AFP

Les émissaires du président Bachar al-Assad et les rebelles syriens tiennent lundi à Astana leur premier round de négociations depuis le début de la guerre en Syrie, qui devrait se concentrer sur la consolidation d’un fragile cessez-le-feu.

Les membres des différentes délégations sont arrivés dans la journée de dimanche dans la capitale kazakhe pour des négociations qui doivent rassembler pour la première fois le régime de Damas et des combattants rebelles, les opposants politiques restant cette fois cantonnés à un rôle de conseillers.

Renforcer la trêve

Si les deux camps ont parlé pendant des semaines d’un format direct de négociations, certains responsables rebelles ne semblaient pas encore prêts à des discussions en face-à-face avec le régime, quelques heures avant l’ouverture des négociations. « Le format des pourparlers est encore en discussion. Nous verrons ce qui a été décidé lorsque les négociations auront commencé », a indiqué lundi à la presse le vice-ministre des Affaires étrangères kazakh, Roman Vassilenko.

Les groupes rebelles, appuyés par la Turquie, ainsi que le régime, soutenu par la Russie et l’Iran, ont tous deux assuré que les discussions seraient avant tout centrées sur le renforcement de la trêve entrée en vigueur le 30 décembre, et qui tient vaille que vaille malgré des violations régulières. « Il s’agit de davantage que de (pérenniser) le cessez-le-feu. Il s’agit de mettre en place des mécanismes de surveillance et de responsabilité » en cas de violations, a expliqué un porte-parole des rebelles, Ossama Abou Zeid.

Un autre porte-parole rebelle, Iehia al-Aridi, a précisé que l’objectif était également d’améliorer l’accès à l’aide humanitaire dans les villes assiégées. « Ce serait une base forte qui pourra être poursuivie à Genève », a-t-il indiqué. Les négociations d’Astana doivent poser les bases d’un règlement à même d’être approfondies lors de prochaines discussions de paix sous l’égide de l’ONU à Genève le 8 février.

Réaliser les demandes du peuple syrien

L’objectif pour le régime est aussi de faire avancer une solution politique « globale » après près de six ans de guerre. Le président syrien a ainsi appelé les rebelles à livrer leurs armes en échange d’une amnistie, à l’image des accords de « réconciliation » qui se traduisent par l’évacuation des combattants en échange de la fin des bombardements et des sièges des villes par les forces gouvernementales.

La délégation des rebelles, à l’origine composée de huit membres, a été élargie à un total de quatorze représentants auxquels s’ajoutent vingt et un conseillers, selon une source proche de l’opposition. Le chef de la délégation, Mohammad Allouche, qui est un responsable du groupe Jaich al-Islam (l’Armée de l’islam), est arrivé à Astana en compagnie d’une dizaine de chefs combattants dont Fares Bouyouch de l’Armée d’Idleb, Hassan Ibrahim du Front du Sud et Mamoun Hajj Moussa du groupe Suqour al-Cham. « Nous sommes ici pour réaliser les demandes du peuple syrien. Il ne s’agit pas d’un remplacement du processus de Genève. Si nous ne croyions pas en une solution politique, nous ne serions pas venus à Astana », a déclaré Fares Bouyouch.

Bachar Jaafari, qui mène la délégation du régime composée de dix émissaires, a pour sa part indiqué que les pourparlers devaient également servir à distancer les rebelles considérés comme « modérés » des djihadistes de l’organisation Etat islamique et du front Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra, Al-Qaïda en Syrie), selon l’agence officielle syrienne SANA.

Une « bonne initiative »

Ces discussions, qui doivent durer plusieurs jours à l’hôtel Rixos d’Astana, interviennent alors que le président Assad est en position de force après sa victoire hautement symbolique à Alep, deuxième ville de Syrie totalement reprise aux rebelles avec l’aide de l’aviation russe et des milices iraniennes.

Les deux délégations devront prendre place aux côtés de l’émissaire des Nations unies pourla Syrie, Staffan de Mistura. Ce dernier a salué dimanche les pourparlers comme une « bonne initiative », selon des propos rapportés par les agences russes. Les Occidentaux auront, eux, une présence a minima : les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne seront représentés par leurs ambassadeurs. L’Union européenne sera également représentée.

Jusqu’à présent, les pourparlers, notamment Genève I et II, ont tous échoué à mettre fin au conflit en Syrie qui a fait plus de 310.000 morts depuis 2011. « Il ne peut pas y avoir de raccourci pour mettre fin à la guerre en Syrie. Une transition réelle passe d’abord par le renforcement de la confiance sur le terrain », a expliqué un diplomate occidental.

Mots-clés :