Photo d'archives du 24 septembre 2014 montrant deux pilotes saoudiens dans un chasseur participant aux frappes aériennes de la coalition anti-Daesh en Syrie.
Photo d'archives du 24 septembre 2014 montrant deux pilotes saoudiens dans un chasseur participant aux frappes aériennes de la coalition anti-Daesh en Syrie. - AP/SIPA

Des raids de la coalition menée par les Etats-Unis ont fait 60 morts parmi les civils près d’un village tenu par Daesh dans la province d’Alep, en Syrie, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Dans la capitale éponyme de cette même province du nord du pays, un puissant groupe rebelle islamiste a annoncé le début de « la bataille » visant à briser le siège que les forces du régime impose aux quartiers rebelles.

56 morts civils, dont 11 enfants

Désormais assiégé, l’est d’Alep, contrôlé par les insurgés, a encore été visé mardi par de violents bombardements aériens, selon un correspondant de l’AFP.

A quelque 100 km d’Alep, des avions de la coalition ont mené à l’aube des frappes alors que les habitants fuyaient les combats dans le village d’al-Toukhar, près du fief djihadiste de Minbej, a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH.

« Il y a eu au moins 56 morts civils, dont 11 enfants, et des dizaines de blessés, dont certains grièvement atteints », a précisé Rami Abdel Rahmane qui s’appuie sur un vaste réseau de sources médicales et de militants à travers la Syrie.

« C’est vraisemblablement une erreur », a-t-il estimé.

160 morts selon Daesh

Interrogée par l’AFP, la coalition a répondu par e-mail avoir « récemment » procédé à des frappes près de Minbej et être consciente des informations sur la mort de civils.

« Nous allons examiner toutes les informations dont nous disposons sur l’incident », a indiqué la coalition. « Nous prenons toutes les dispositions pendant nos missions pour éviter ou minimiser les pertes civiles (…) et nous conformer aux principes du droit de la guerre ».

Le Monde cite, lui, l’organisme de communication des djihadistes de Daesh, Aamaq, qui évoque pour sa part 160 morts.

Le bombardement le plus coûteux en vie de civils ?

Amnesty International a exhorté la coalition à « redoubler d’effort pour empêcher la mort de civils et à enquêter sur de possibles violations du droit humanitaire international », expliquant qu’il s’agit « peut-être du bombardement le plus coûteux en vie de civils » par la coalition depuis le début en 2014 de ses opérations antidjihadistes en Syrie.

Selon l’OSDH, déjà lundi au moins 21 civils ont péri dans des raids de la coalition sur al-Toukhar et la localité stratégique de Minbej, visée depuis le 31 mai par une offensive terrestre des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants arabes et kurdes de Syrie soutenue par les Etats-Unis.

Mots-clés :