Russie: premier limogeage d'un dirigeant local après les crues meurtrières

2 contributions
Publié le 9 juillet 2012.

KRYMSK - La Russie a annoncé lundi le limogeage du chef du district de Krymsk frappé par une crue violente ayant fait 171 morts dans cette région du sud-ouest du pays et dont les habitants sont en colère contre les autorités, malgré les aides promises par Vladimir Poutine.

Au cours d'une réunion de crise, le gouverneur de la région de Krasnodar a indiqué que la direction du district avait reçu l'alerte de risque d'inondations au moins trois heures avant, mais qu'au cours de ses rencontres avec les habitants, nombre d'entre eux lui avaient dit ne pas avoir été alertés.

En conséquence, "j'estime que le chef du district (de Krymsk) doit être relevé de ses fonctions dès aujourd'hui", a ajouté le gouverneur, Alexandre Tkatchev, dans un second communiqué.

De son côté, le président russe Vladimir Poutine a exigé une analyse "le plus vite possible" des causes de cette "horrible tragédie", pendant une réunion au Kremlin.

"Il faut analyser les causes de cet événement -- le travail de tous les services, pas seulement pour le système d'alerte, mais aussi pour les équipements hydrauliques -- afin d'éviter une répétition de cette tragédie à d'autres endroits", a déclaré M. Poutine, selon l'agence de presse RIA Novosti.

"Cela doit être fait le plus vite possible. Faites-moi part de l'état d'avancement des travaux d'ici à la fin de la semaine", a ajouté M. Poutine devant plusieurs membres du gouvernement.

Sur le terrain, près de 3.000 secouristes et spécialistes du ministère russe des Situations d'urgence participaient aux opérations de secours dans la zone sinistrée et encore inondée par endroits.

Plus de 25.000 personnes ont perdu tout ou partie de leurs biens à Krymsk et dans ses environs, dans l'arrière-pays de la riviera russe de la mer Noire, après les pluies torrentielles survenues dans la nuit de vendredi à samedi, qui ont aussi touché la station balnéaire de Gelendjik et le port voisin de Novorossiisk.

Les premières inhumations ont eu lieu dans un cimetière à la périphérie de Krymsk lundi, décrété journée de deuil national par le président Poutine à la mémoire des 171 personnes tuées dans la catastrophe, mais aussi à celle des 14 pèlerins orthodoxes russes morts dans un accident d'autocar en Ukraine samedi.

Les drapeaux étaient en berne au-dessus du Kremlin et d'autres bâtiments publics. Les chaînes de télévision nationales ont retiré de leurs programmes les émissions de divertissement et les publicités.

Le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, a annulé une rencontre prévue à Sotchi sur les jeux Olympiques d'hiver de 2014 dans cette ville balnéaire également située dans la région de Krasnodar, pour présider une réunion consacrée à la catastrophe.

Le directeur du Centre météorologique russe, Roman Vilfand, a indiqué que ces crues avait été provoquées par des "averses tropicales" d'un niveau record et très localisées : à Krymsk, il est tombé 300 litres d'eau par mètre carré, contre seulement 18 litres 50 km plus loin, a-t-il dit à l'agence de presse Interfax.

Certains habitants continuent néanmoins d'affirmer que le drame a été causé par un lâcher d'eau du lac artificiel de Neberjdaevskoe, situé en amont de Krymsk, et sont en colère malgré les aides financières promises dès samedi par M. Poutine aux familles des victimes et pour les maisons détruites.

Le ministre des Situations d'urgence, Vladimir Poutchkov, a estimé que le système d'alerte n'avait pas fonctionné correctement, évoquant des "erreurs", selon RIA Novosti.

Fait rare dans le pays, journaux pro-gouvernementaux et journaux d'opposition ont été unanimes lundi pour blâmer les autorités locales.

"La tragédie de Krymsk (...) est la démonstration parfaite de ce à quoi peuvent mener la négligence et la vie au petit bonheur la chance", a écrit le quotidien favorable au Kremlin Izvestia.

Le journal économique Vedomosti a souligné que les autorités étaient bien conscientes des risques d'inondations dans la région, d'autant qu'elle avait déjà été victime de crues en 2002 ayant fait environ 200 morts.

© 2012 AFP
Newsletter
La 13H

Votre point info
de la mi-journée

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr