Internet: Les Etats-Unis redoutent que les Russes ne s’attaquent aux câbles de communication sous-marins

MONDE En cas de conflit, Washington craint que Moscou ne décide de saboter ces axes vitaux de communication…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Le président russe Vladimir Poutine sur un navire militaire russe, le 26 juillet 2015 à Baltiisk, en Russie.

Le président russe Vladimir Poutine sur un navire militaire russe, le 26 juillet 2015 à Baltiisk, en Russie. — Mikhail Klimentyev/AP/SIPA

Une nouvelle illustration des tensions entre la Russie et les Etats-Unis. Cette fois, il ne s’agit pas de problèmes géopolitiques, mais des réseaux de communication sous-marins.

Washington ne voit en effet pas d’un bon œil la présence de sous-marins et de navires militaires russes naviguant près des câbles de communication sous-marins. Ces derniers, déposés au fond des océans sur toute la planète, sont vitaux pour le bon fonctionnement d’Internet. Les autorités américaines craignent que la Russie, en cas de conflit, ne décide de couper ces lignes de communication, rapporte dimanche le quotidien New York Times.

>> A lire aussi : Crise ukrainienne : Vers une nouvelle guerre froide américano-russe ?

Des bâtiments russes ont été repérés près de ces câbles de la mer du Nord jusqu’en Asie, ou vers la côte est des Etats-Unis, précise le quotidien. « Il serait inquiétant d’entendre qu’un pays trafique des câbles de communication », explique ainsi le commandant William Marks, porte-parole de la marine américaine.

Dégradations des relations entre la Russie et les Occidentaux

De son côté, Moscou a rénové sa doctrine militaire dans un contexte de dégradation des relations avec les Occidentaux en raison de la crise ukrainienne. Hostile au renforcement de la présence des troupes de l’Otan en Europe centrale, le pays connaît en outre une politique d’expansion dans les mers et en Arctique. Il y a déployé plus de 1.000 soldats et 50 véhicules militaires en mars et en août derniers.

La Russie revendique par ailleurs plus d’un million de kilomètres carrés supplémentaires à l’ONU sur ce territoire.