Pakistan: La jeune chrétienne accusée de blasphème libérée sous caution

6 contributions
Publié le 7 septembre 2012.

JUSTICE - On ignore quand la jeune fille sera relâchée. Elle pourrait être en danger si elle retourne dans son village, plusieurs personnes soupçonnées de blasphème, même innocentées par la justice, ayant déjà été lynchées par la foule...

La justice pakistanaise a autorisé ce vendredi la libération sous caution de Rimsha Masih, la jeune chrétienne accusée d'avoir profané le Coran, quelques jours après l'arrestation d'un imam soupçonné d'avoir organisé un coup monté pour la faire arrêter. On ignore quand la jeune fille sera relâchée. Elle pourrait être en danger si elle retourne dans son village, explique-t-on. Il arrive régulièrement dans le pays que des personnes soupçonnées de blasphème, même innocentées par la justice, soient lynchées par la foule.

«J'accepte sa demande de libération», a déclaré le juge Muhammad Azam Khan après avoir examiné la demande de libération sous caution de l'adolescente présentée par ses avocats devant un tribunal d'Islamabad, précisant que la caution avait été fixée à un million de roupies (environ 8.300 euros). Cette décision ne concerne pas le fond de l'affaire, donc la culpabilité ou l'innocence de la jeune fille, car «l'enquête de la police est toujours en cours», a précisé un des avocats de Rimsha, Raja Ikram, ajoutant que l'adolescente ne pouvait donc pas quitter le pays à ce stade.

Développement spectaculaire

Les avocats de Rimsha et de son accusateur ont présenté dans la matinée leurs arguments devant le juge lors d'une audience qui a duré plus de deux heures dans un petit tribunal d'Islamabad où s'entassaient environ 80 personnes perlant de sueur. Rimsha Masih, originaire d'un village proche d'Islamabad, illettrée et âgée d'environ 14 ans selon des médecins qui l'ont examinée, est emprisonnée depuis trois semaines après avoir été accusée par des voisins d'avoir brûlé des pages du Coran., un crime passible de la prison à vie au Pakistan.

Mais l'affaire a connu un développement spectaculaire le week-end dernier lorsque la police a indiqué que Khalid Jadoon Chishti, l'imam de la mosquée voisine du domicile de la jeune chrétienne, était soupçonné d'avoir lui-même déchiré des pages du livre saint et d'avoir placé les morceaux dans un sac de la fillette contenant des papiers brûlés. Selon plusieurs témoignages, son objectif était «d'expulser» les chrétiens du quartier. Jadoon a brièvement comparu devant un tribunal dimanche avant d'être placé en détention provisoire pour deux semaines.

Rimsha a reçu depuis le soutien d'une des principales associations de dignitaires musulmans du Pakistan et d'un ministre, alors que son cas mobilise les groupes de défense des droits de l'homme et entretient la polémique sur la sévère législation qui condamne au Pakistan tout propos ou acte contre l'islam ou le prophète Mahomet. Les détracteurs de la loi jugent que sa terminologie vague encourage tous les abus et nourrit la discrimination contre les minorités religieuses.

B.D. avec agences
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr