Kenya: quatre humanitaires étrangers enlevés, leur chauffeur kényan tué

0 contributions
Publié le 29 juin 2012.

CAMPS DE REFUGIES DE DADAAB (Kenya) - Quatre humanitaires étrangers ont été enlevés et leur chauffeur kényan a été tué vendredi lors d'une attaque contre un convoi du Norwegian Refugee Council (NRC) dans l'un des camps de réfugiés du complexe de Dadaab, au Kenya près de la Somalie, selon la police.

"Un Norvégien, un Philippin, un Pakistanais et un Canadien ont été enlevés dans l'attaque," a affirmé Philip Ndolo, un responsable policier régional. "Leur chauffeur kényan est mort par la suite alors qu'il était soigné dans un hôpital local," a-t-il ajouté.

Deux hommes et deux femmes ont été enlevées lors de l'attaque qui s'est déroulée à la mi-journée dans l'immense camp Ifo2, près des locaux de NRC, a encore précisé la police.

"Un convoi de trois véhicules a été attaqué dans le camp de réfugiés de Dadaab au Kenya près de la frontière somalienne", a déclaré devant la presse à Oslo le porte-parole de NRC, Rolf Vestvik.

"Lors de l'attaque, trois de nos employés ont été blessés. Nous les avons conduits dans un hôpital au Kenya. Quatre de nos employés ont disparu", a-t-il ajouté.

Une source médicale travaillant sur place pour GIZ, l'agence de coopération allemande, a de son côté précisé que le chauffeur était un employé du NRC.

"Nous pouvons confirmer que la secrétaire générale (de NRC), Elisabeth Rasmusson, et le responsable pays, Hassan Khaire, étaient là-bas, mais qu'aucun des deux n'a été blessé et qu'ils sont en sécurité," a ajouté NRC sur son site internet.

Hélicoptères militaires à leur recherche

Vendredi après-midi, le porte-parole du ministère kényan de la Défense, Cyrus Oguna, avait lui aussi confirmé, sans donner davantage de détails, qu'un "véhicule transportant des travailleurs humanitaires (avait) été attaqué dans le camp Ifo".

"Le véhicule a été retrouvé abandonné à 30 km de Dadaab," avait-il précisé. "Nous pensons qu'ils sont encore sur le territoire kényan et que les personnes enlevées et leurs ravisseurs sont à pied".

"Nous avons dépêché des hélicoptères militaires pour poursuivre les ravisseurs," avait encore ajouté le porte-parole.

Cet enlèvement est le dernier incident en date enregistré dans les camps de Dadaab connus pour leur insécurité, où la plupart des organisations humanitaires se déplacent sous escorte.

En octobre dernier, deux employées espagnoles de Médecins sans frontières (MSF) avaient été enlevées à Dadaab, avant d'être emmenées en Somalie voisine où elles sont toujours retenues en otage.

Cet enlèvement avait été l'un des éléments déclencheurs de l'intervention armée du Kenya dans le sud somalien.

L'opération militaire a été lancée contre les insurgés somaliens shebab, récemment intégrés à Al-Qaïda et que Nairobi tient pour responsables d'une série d'enlèvements et attaques sur son sol. Les shebab n'ont depuis cessé de menacer le Kenya de représailles.

Le complexe de camps de réfugiés de Dadaab est le plus grand au monde, composé essentiellement de Somaliens qui fuient depuis plus de 20 ans violences et sécheresses chroniques dans leur pays. Le complexe, souvent qualifié de troisième ville kényane, abritait en mai quelque 465.000 personnes.

La Somalie, dont les shebab contrôlent, malgré de sérieux revers ces derniers mois, encore de grandes parties du centre et du sud, est sans gouvernement effectif depuis la chute du président Mohamed Siad Barre en 1991.

© 2012 AFP
Newsletter
La 13H

Votre point info
de la mi-journée

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr