Maroc: Victoire confirmée des islamistes qui vont diriger le prochain gouvernement

21 contributions
Publié le 28 novembre 2011.

ELECTIONS - Les islamistes modérés du Parti justice et développement (PJD) remportent 107 sièges sur 395...

Les islamistes modérés du Parti justice et développement (PJD) ont remporté une large victoire aux législatives du 25 novembre au Maroc avec 107 sièges sur 395, et vont diriger le gouvernement pour la première fois dans l'histoire moderne du royaume.

Le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a relativisé ce lundi la victoire des islamistes aux législatives marocaines, soulignant qu'ils n'avaient pas de majorité absolue et qu'ils faisaient déjà partie du précédent Parlement.

Aussitôt après l'annonce des résultats officiels dimanche soir, le secrétaire général du PJD Abdelilah Benkirane, 57 ans, a réitéré son allégeance au roi Mohammed VI. "Le roi est le chef de l'Etat et aucune décision importante ne peut être prise en Conseil des ministres sans la volonté du roi", a-t-il dit au cours d'une conférence de presse au siège de son parti à Rabat. Sauf surprise, Abdelilah Benkirane devrait être désigné dans les prochains jours par le souverain pour former un gouvernement de coalition, comme le veulent les usages politiques.

Ambiance festive de la victoire

Le parti Istiqlal (indépendance) de l'actuel Premier ministre Abbas El Fassi obtient 60 sièges, suivi par le Rassemblement national des indépendants (RNI) du ministre de l'économie et des finances Salaheddine Mezouar 52 sièges, selon les chiffres définitifs du ministère de l'Intérieur.

"C'est une victoire franche mais on a besoin d'alliances pour travailler ensemble", a déclaré à l'AFP Abdelilah Benkirane après l'annonce officielle des résultats.

Le PJD comptait 47 députés dans la précédente chambre de 325 membres. "On va attendre la nomination par le roi Mohamed VI d'un chef de gouvernement pour commencer les concertations avec les autres partis politiques", a ajouté M. Benkirane.

Devant le siège de son parti où régnait une ambiance festive parmi plusieurs centaines de militants, M. Benkirane a déclaré : "notre objectif est d'assurer la stabilité du pays, tout en revendiquant des réformes avec fermeté".

Bonne participation

La victoire du PJD, qui était le premier parti d'opposition, intervient un mois après celle du mouvement islamiste Ennahda en Tunisie, pays à l'origine du mouvement de révoltes dans le monde arabe.

Le parcours de ce parti conservateur le PJD, qui affiche une "référence islamique" et "monarchiste", a été fulgurant passant de neuf députés seulement en 1997 à une situation où il représente à lui seul aujourd'hui plus du quart du parlement, un scénario inédit.

L'Occident n'a rien à craindre, selon le PJD. Après le référendum constitutionnel de juillet, le déroulement des élections législatives a permis au pays de gagner le pari de la stabilité voulue par le roi Mohamed VI, qui s'est engagé dans une politique de réformes, en tirant les leçons du Printemps arabe qui a touché le royaume.

Le scrutin a également connu une bonne participation, avec un taux de 45,4%, contre 37% en 2007, selon des chiffres officiels.

Ce succès des islamistes modérés intervient cinq mois après une révision constitutionnelle décidée par le roi Mohamed VI qui stipule que le chef du gouvernement est choisi au sein du parti arrivé en tête des élections.

© 2011 AFP
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr