Japon: La recherche du courant d'air perdu

3 contributions
Publié le 13 juillet 2012.

ENERGIES - Alors qu'un réacteur vient d'être remis en marche, le pays souhaite économiser son énergie...

De notre correspondant à Tokyo

«Atsui!» («Il fait chaud!») Alors que le Japon entier retentit de ce cri du cœur, et que le gouvernement appelle citoyens et entreprises à économiser l'électricité, chacun tente, à sa manière, de réduire sa consommation.

Manches courtes, bermuda et tongs

Poste le plus critique, la climatisation, vorace en électricité, et dont l'utilisation pourrait augmenter dangereusement en cas de pic de chaleur. Chez Rakuten, le géant japonais de la vente en ligne (qui a notamment racheté PriceMinister en 2010), on a donc décidé de tomber la veste, et même le pantalon. Dans la tour que l'entreprise aux 7.600 salariés occupe au sud de Tokyo, on croise dans les couloirs des employés en short, chemises bariolées et tongs. «Manches courtes ou même jinbei et yukata [les vêtements d'été traditionnels japonais] sont aussi acceptés. Il n'y a presque pas de limite, explique Dean Kirkness, chargé des relations publiques, visiblement à l'aise dans son bermuda et ses sandales. Il faut juste que ça ne nuise pas à la productivité: les vêtements trop sexy sont donc prohibés», ajoute-t-il dans un sourire.

Cette politique de «l'été hawaïen», mise en place dès l'an dernier par le PDG de Rakuten, Hiroshi Mikitani, permet de maintenir la température dans les locaux à 28°C, la moyenne recommandée par le gouvernement. Et pour économiser sur l'éclairage, on a tout simplement retiré une ampoule sur deux dans les locaux.

Dans les autres entreprises, même si les chemises à fleurs sont souvent malvenues, on observe généralement la politique du «Super cool biz» prônée par le gouvernement, qui proscrit vestes et cravates jusqu'à la fin de l'été. Sur les quais du métro, c'est donc chaque matin à l'heure de pointe un défilé de chemises claires à manches courtes, qui permet en théorie aux sociétés de transport de la capitale de réduire la climatisation dans les rames.

Mathias Cena

Redémarrage des réacteurs sur fond d'inquiétudes

Jusqu'à la fin de l'été, entreprises et foyers japonais sont incités par le gouvernement à réduire leur consommation électrique de 5 à 15%, en particulier dans le Kansai (Ouest), où le risque de black-out est le plus important. Ceci alors que le réacteur n°3 de la centrale d'Oi dans la préfecture de Fukui, après avoir été redémarré la semaine dernière puis connecté au réseau électrique, devait atteindre sa pleine puissance en début de semaine. Depuis deux mois, tous les réacteurs du Japon, dont 30 % de l'électricité était d'origine nucléaire avant la catastrophe du 11 mars 2011, étaient arrêtés.

Alors qu'un deuxième réacteur de la centrale d'Oi doit redémarrer le 18 juillet, des milliers d'opposants à l'utilisation du nucléaire ont de nouveau manifesté vendredi soir devant la résidence du Premier ministre, Yoshihiko Noda. Le rapport de la commission d'enquête indépendante sur l'accident de Fukushima, remis la veille au Premier ministre, a mis en lumière de nouvelles failles dans la sécurité de l'installation et de la gestion de la catastrophe.

Mots-clés
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr