Londres inaugure le Shard, plus haut gratte-ciel d'Europe

0 contributions
Publié le 5 juillet 2012.

LONDRES - Gigantesque et controversé éclat de verre de 310 m, le Shard, plus haut gratte-ciel d'Europe, a été inauguré jeudi à Londres, prêt à temps pour rayonner lors des jeux Olympiques qui commencent dans trois semaines.

Le prince Andrew, l'un des trois fils de la reine Elizabeth II, et le Premier ministre du Qatar Hamad ben Jassem Al-Thani, dont le pays a financé le gratte-ciel, ont participé à son ouverture officielle dans l'après-midi.

Mais le clou des festivités pour célébrer la nouvelle star du paysage londonien, oeuvre de l'architecte italien Renzo Piano, était attendu après la tombée de la nuit: un spectacle de lumières, projetées sur le gratte-ciel et sur les grands monuments de la capitale britannique, est prévu avec la participation du London Philharmonic Orchestra.

Douze ans après le lancement du projet, cet événement marque l'achèvement de la partie extérieure du gratte-ciel, à l'intérieur duquel les travaux continueront jusqu'en 2013.

Le Shard devient ainsi le plus haut gratte-ciel d'Europe, tout en restant loin derrière la plus haute du monde, Burj Khalifa à Dubaï, qui culmine à 828 mètres.

Avec sa silhouette effilée, ses 95 étages et son observatoire offrant au public une vue panoramique à 360°, il promet de devenir l'une des attractions touristiques de Londres, qui s'apprête à accueillir deux millions de visiteurs à l'occasion des JO.

Ses promoteurs ambitionnent d'en faire un emblème de Londres "comme l'Empire State Building l'est à New York".

Pour Ken Livingstone, qui était maire lorsque le projet a été lancé, le Shard va "définir Londres". "A la différence de ce qui se passe pour de nombreuses autres tours, les Londoniens auront accès à celle-ci", a argué le travailliste jeudi sur la BBC.

Le prince Andrew a quant à lui estimé que le gratte-ciel allait "dynamiser" le quartier du sud de la Tamise où il est installé.

Le Shard est selon les termes de Renzo Piano une "petite ville verticale" de 12.000 personnes, avec à terme un hôtel cinq étoiles, des restaurants de luxe, des bureaux et des commerces.

Mais pour y vivre, il faudra un solide compte en banque car la dizaine d'appartements avec une vue imprenable situés entre le 53e et le 65e étages -les plus hauts du marché britannique- se vendraient jusqu'à 50 millions de livres (62 millions d'euros), selon les chiffres qui circulent dans les médias britanniques.

Le gratte-ciel ouvrira ses portes aux touristes en février 2013 et plus de 17.500 personnes se sont déjà inscrites sur l'internet pour le visiter.

La tour, qui réfléchit le capricieux ciel londonien sur ses facettes de verre, est sortie de terre en 2009, poussant ensuite comme un champignon. Mais ce projet de 450 millions de livres, financé à 95% par le Qatar, a aussi suscité de vives critiques.

Les défenseurs du patrimoine, notamment l'association English Heritage, lui reprochent "d'être au mauvais endroit" et de porter atteinte aux vues protégées sur la cathédrale Saint-Paul ou le Parlement.

Même l'Unesco s'en est mêlée, jugeant qu'il nuisait à "l'intégrité visuelle" de la Tour de Londres, inscrite à son patrimoine mondial.

Renzo Piano, 74 ans, qui a aussi conçu le Centre Pompidou à Paris, balaie les critiques entourant son gratte-ciel. "Les nouveaux bâtiments ont toujours du mal à se faire accepter, mais Saint-Paul était moderne à son époque", rappelait-il en février.

La "Skyline" de Londres compte déjà nombre d'imposants gratte-ciels, comme l'incontournable Gherkin (cornichon), et cinq autres sont actuellement en construction. Ce qui vaut à la ville une réputation d'audace architecturale comparée à des capitales comme Paris, où la hauteur est limitée.

© 2012 AFP
Newsletter
La 13H

Votre point info
de la mi-journée

publicité
publicité
publicité

publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr