Sinaï: Un raid de l'armée égyptienne tue 20 activistes

6 contributions
Publié le 8 août 2012.

SINAÏ - Les frappes font suite à la mort de 16 gardes-frontières égyptiens dimanche...

L'Egypte a lancé mercredi des frappes aériennes dans la région du Sinaï proche de la frontière avec Israël, faisant plus de 20 morts dans les rangs des activistes islamistes présumés, annonce le site Web d'informations Ahram. Les frappes aériennes, contre des positions situées dans la localité de Cheikh Zouaid, font suite à la mort de 16 gardes-frontières égyptiens dimanche lors d'une attaque attribuée en partie à des activistes palestiniens.

Des témoins à Cheikh Zouaid, localité située à dix kilomètres de la bande de Gaza, ont déclaré à Reuters avoir vu deux avions militaires et entendu des explosions. D'autres témoins dans une zone proche ont dit avoir vu trois voitures touchées. Les frappes ont eu lieu après des heurts entre des hommes armés et les forces de l'ordre à plusieurs points de contrôle dans la région du nord du Sinaï.

Manifestations pour plus de sécurité

A Arich et dans la ville voisine de Rafah, située à la frontière avec Israël et la bande de Gaza, des hommes armés ont ouvert le feu sur plusieurs checkpoints, selon un journaliste de Reuters et selon les médias d'Etat égyptiens. Un policier et un habitant ont été blessés lors de ces attaques.

La région désertique du Sinaï est de moins en moins contrôlée depuis la chute du président égyptien Hosni Moubarak il y a 18 mois et l'élection de son successeur, le Frère musulman Mohammed Morsi, dont la promesse de coopérer avec Israël en matière de sécurité reste à concrétiser. L'un des points de contrôle attaqué mercredi a été attaqué 28 fois depuis le début du soulèvement en Egypte, selon l'agence de presse Mena. Quelques heures après le début des heurts, des centaines de manifestants ont convergé vers Arich pour demander la protection de l'Etat en chantant «Dieu est grand». La principale voie de circulation à Arich a été fermée par les autorités peu après le début des combats.

Mardi au Caire, les participants aux funérailles des 16 gardes tués dimanche n'ont pas caché leur mécontentement. En réaction à l'attaque de dimanche, l'Egypte a commencé à fermer les tunnels qui la relient à la bande de Gaza. Ces tunnels sont utilisés pour passer clandestinement la frontière et pour la contrebande entre l'Egypte et le petit territoire côtier palestinien. Un reporter de Reuters dans la ville frontière de Rafah a vu du matériel lourd acheminé à l'entrée des tunnels côté égyptien.

Avec Reuters
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr