Égypte: Pourquoi y a-t-il de nouveaux affrontements entre la rue et le pouvoir militaire?

18 contributions
Publié le 20 décembre 2011.

DÉCRYPTAGE - La place Tahrir, au Caire, est, depuis vendredi, le théâtre de nouvelles violences entre les forces de l'ordre et les manifestants qui demandent la démission du Conseil militaire qui gouverne l'Egypte depuis la chute d'Hosni Moubarak...

Que se passe-t-il en Egypte?

Depuis vendredi, militaires et manifestants hostiles au pouvoir s’affrontent sur la place Tahrir, au Caire, épicentre du soulèvement ayant abouti au renversement d'Hosni Moubarak, le 11 février dernier. Les militaires ont attaqué pour les déloger les manifestants qui campaient devant le siège du gouvernement depuis trois semaines pour protester contre la nomination par les militaires de Kamal El Ganzouri comme Premier ministre, début décembre. Fin novembre déjà, des centaines de milliers d'Egyptiens avaient afflué place Tahrir pour réclamer le départ immédiat du Conseil militaire. Le gouvernement intérimaire avait alors présenté sa démission et avait été remplacé alors que la date de l’élection présidentielle avait elle été avancée.

Pourquoi les manifestants sont-ils de retour sur la place Tahrir?

Les manifestants demandent toujours la démission du Conseil militaire qui gouverne l'Egypte depuis la chute d’Hosni Moubarak. Une partie de la population soupçonne en effet l'armée de profiter de son rôle à la tête du processus de transition pour tenter de conserver le pouvoir. Ces affrontements ont lieu au même moment que les élections législatives, qui se déroulent en plusieurs phases depuis fin novembre, preuve de l’inquiétude des révolutionnaires quant à la transposition, dans les rangs du Parlement, des idéaux de la révolution de février.

Comment réagit le pouvoir?

L'armée, par la voix du général Adel Emara, dément vouloir conserver le pouvoir, et souligne la différence entre ces protestataires, présentés comme des vandales, et les révolutionnaires de février. «Depuis le début de la révolution, des forces malveillantes tentent d'entraîner l'Egypte dans le chaos et placent l'armée dans une situation de confrontation avec le peuple», a dit le général. «Ce qui est en train de se passer n'a rien à voir avec la révolution et sa jeunesse pure, qui n'a jamais souhaité mettre à terre ce pays», a-t-il ajouté.

Pourquoi l’action des forces de l’ordre place Tahrir fait-elle polémique?

C’est l’usage excessif de la force qui choque de nombreux Egyptiens. La police et l'armée font usage de la force - passages à tabac, gaz lacrymogènes, tirs à balles réelles, incendies… - pour déloger les manifestants. Les images d'une femme à terre brutalisée par les forces de l'ordre et traînée au sol par son abaya (voile qui couvre tout le corps) au point de faire apparaître ses sous-vêtements, samedi, ont ainsi fait le tour du monde. Le général Adel Emara a cependant assuré qu'il s'agissait d'un incident isolé, et que l’armée n’avait jamais donné ordre d’évacuer la placeTahrir par la force.

>> Regardez une vidéo de la répression aux abords de la place Tahrir samedi dernier (attention, ces images, très violentes, peuvent choquer):

Quel est le bilan de la répression?

De sources médicales, treize personnes seraient mortes et des centaines d'autres auraient été blessées depuis le début de ces nouveaux affrontements. Cependant, ce bilan pourrait encore s’alourdir. Une source militaire a fait état de 164 arrestations, et l'agence de presse Mena a rapporté que le parquet avait placé en détention 123 personnes arrêtées pour refus d'obéissance, jets de pierres contre les forces de l'ordre et incendies de bâtiments publics. Le parquet a relâché 53 autres personnes. Cette nouvelle vague d'affrontements a également vu l’incendie de la bibliothèque de l'Institut d'Egypte, fondé il y a plus de deux siècles.

Bérénice Dubuc
Mots-clés
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr