Un djihadiste de Daesh tire à la mitrailleuse lourde dans la région de Palmyre
Un djihadiste de Daesh tire à la mitrailleuse lourde dans la région de Palmyre - Uncredited/AP/SIPA

Daesh aurait volé de nombreux passeports syriens, irakiens et libyens qui sont utilisés par de faux réfugiés pour rejoindre l’Europe. Certains ont été récupérés sur des cadavres de soldats de l’armée de Bachar al-Assad morts sur le champ de bataille. Mais une grande partie aurait été volée alors qu’ils étaient encore vierges, dévoile France Info dans une enquête.

« Quand Daesh et Al-Qaida ont conquis des régions entières, ils sont tombés sur des centres administratifs où il y avait non seulement des passeports vierges, mais également les machines nécessaires à remplir ces vrais-faux papiers », explique Alain Rodier, directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement, interrogé par la radio.

« Des papiers plus vrais que nature »

Une aubaine pour les terroristes. « Il suffisait donc de mettre une photo d’un individu, d’inscrire l’identité choisie et le terroriste en puissance avait des papiers plus vrais que nature et pouvait les utiliser et franchir toutes les frontières à sa guise », ajoute le chercheur.

>> A lire aussi : Une douzaine de migrants entrés en Allemagne avec des passeports falsifiés peut-être liés à Daesh

Ces faux documents sont difficiles à détecter malgré la mise en place du fichier SLTD, (« stolen and lost documents ») qui recense plus de 45 millions de documents officiels perdus ou volés dans près de 190 pays.

Le passeport d’un des kamikazes du Stade de France avait été signalé volé

Lors des attentats du 13 novembre en France, deux des kamikazes qui se sont fait exploser aux alentours du Stade de France, avaient présenté des passeports syriens en Grèce lors de leur entrée dans l’Union européenne en octobre.

Selon France Info, l’un de ces passeports était enregistré dans cette base de données. Le document, qui portait la référence « 007773937 » faisait partie d’un lot de 1.452 passeports volés par des terroristes en 2013 dans un centre administratif de Raqqa. Cette information était enregistrée dans le fichier SLTD d’Interpol depuis le 16 avril 2015, précise la radio.

Mots-clés :