Image tirée d'une vidéo diffusée par le média jihadiste Welayat Homs le 4 juillet 2015 affirmant montrer des militants du groupe Etat islamique quittant la prison de Tadmur
Image tirée d'une vidéo diffusée par le média jihadiste Welayat Homs le 4 juillet 2015 affirmant montrer des militants du groupe Etat islamique quittant la prison de Tadmur - - WELAYAT HOMS

L’administration américaine estime que les effectifs du groupe Etat islamique en Libye ont grimpé à 5.000 combattants, alors qu’ils ont baissé en Irak et Syrie, indique jeudi un responsable américain de la Défense.

>> A lire aussi : D'où viennent les armes de Daesh?

Il y a désormais « de l’ordre de 5.000 » combattants de l’EI en Libye, et « 19 à 25.000 » combattants en Irak et Syrie, a estimé ce responsable. L’administration américaine estimait précédemment à « 2 à 3.000 » le nombre de djihadistes ultra-radicaux en Libye, a rappelé ce responsable.

La Libye plus facile d’accès

En Irak et en Syrie, son estimation était de « 20 à 30.000 » combattants, voire « 33.000 » selon certaines évaluations, a-t-il indiqué. « Il devient de plus en plus dur de se rendre en Syrie pour les combattants étrangers, et beaucoup d’entre eux se dirigent en conséquence vers la Libye », a indiqué ce responsable, sous couvert de l’anonymat.

Le groupe Etat islamique a réussi à prendre le contrôle de Syrte, à 450 km à l’est de Tripoli, et ses environs. « La dernière chose que nous voulons dans le monde, c’est un faux califat ayant accès à des milliards de dollars de revenus en pétrole », a indiqué le secrétaire d’Etat américain John Kerry à l’issue d’une réunion mardi à Rome des représentants de la coalition.

Des pertes sur le champ de bataille

La coalition estime toutefois qu’une intervention militaire contre les jihadistes n’est pas d’actualité, voulant miser pour l’instant sur la formation d’un gouvernement d’union nationale dans le pays. La baisse des effectifs de l’EI en Irak et Syrie est liée au ralentissement du flux de combattants étrangers, mais aussi « aux pertes sur le champ de bataille, à des désertions, des sanctions internes », a-t-il ajouté.

Les évaluations de la coalition sur les effectifs de l’EI en Irak et Syrie sont également de plus en plus précises, et cela peut avoir joué sur l’évolution des chiffres, a précisé ce responsable. La coalition internationale contre le groupe Etat islamique est de plus en plus inquiète devant l’implantation croissante des jihadistes en Libye, à la faveur du chaos qui règne dans le pays.

Mots-clés :