Un djihadiste francophone mis en scène dans une vidéo de Daesh.
Un djihadiste francophone mis en scène dans une vidéo de Daesh. - Capture d'écran

Daesh met de nouveau en scène un djihadiste francophone pour sa propagande. Le groupe djihadiste a mis en ligne samedi une vidéo d'exécution par balles dans laquelle un bourreau cagoulé profère en français des menaces contre «les mécréants» et mentionne les attentats de Paris.

>> A lire aussi: Daesh a les moyens d'effectuer «une campagne d'attaques d'ampleur» en Europe

Dans une vidéo de près de huit minutes diffusée par la branche média de la Province de Ninive (nord de l'Irak) du groupe, cinq hommes -dont celui s'exprimant en français- exécutent d'une balle dans la tête cinq prisonniers en tenue orange présentés comme des «espions».

Dans la vidéo, les cinq hommes exécutés s'expriment en arabe sur les raisons de leur capture. Le djihadiste parlant en français, dont les mèches blondes dépassent d'une cagoule brune qui ne laisse entrevoir que ses yeux, est le seul bourreau à prendre la parole. Il est vêtu d'un treillis alors que les autres bourreaux portent une tenue noire.

Mention de l'Andalousie

Selon le chercheur Romain Caillet, spécialiste des groupes djihadistes, le choix d'un francophone est «lié aux attentats de Paris, le bourreau menaçant à nouveau la France». L'homme évoque en effet des ennemis de Daesh «en pleine débâcle» et les prévient de s'attendre à quelque chose qui leur fera oublier «le 11-Septembre et les attentats de Paris». Autre hypothèse du chercheur: la vidéo, dans un site en ruines non localisé, pourrait avoir été filmée dans un lieu bombardé par la France.

Le djihadiste francophone évoque également l'Espagne et le Portugal, assurant que Daesh vise le retour d'Al-Andalus, nom des territoires de la péninsule ibérique sous domination musulmane entre le 8e et le 15e siècle. Il cite notamment les villes de Tolède et Cordoue. Il évoque enfin les raids aériens contre le groupe djihadiste en Syrie et en Irak, qui se heurtent au «bouclier du califat».

Mots-clés :