Canada: le dépeceur présumé plaide non coupable du meurtre du jeune Chinois

0 contributions
Publié le 20 juin 2012.

MONTREAL - Le Canadien Luka Rocco Magnotta a plaidé non coupable mardi du meurtre et du dépeçage du corps d'un étudiant chinois au terme d'une brève comparution par visioconférence devant la justice à Montréal.

Magnotta, 29 ans, vêtu d'un sweat à capuche gris vert, est resté impassible pendant les dix minutes environ de l'audience qui s'est tenue en anglais. Il n'a pas esquissé un sourire ni même une quelconque mimique. Il était debout dans un box ressemblant à un parloir, encadré de deux policiers.

Il a plaidé non coupable aux cinq chefs d'accusation retenus contre lui lors de sa comparution, depuis le commissariat du nord de Montréal où il est détenu depuis lundi soir.

Luka Rocco Magnotta devait être transféré mardi après-midi à la prison de Rivière-des-Prairies, un centre de détention provincial situé sur l'île de Montréal, "pour une évaluation psychiatrique, psychologique qui a été demandée par son avocat", selon le commandant Ian Lafrenière, porte-parole du Service de police de Montréal (SPVM) et comparaître de nouveau jeudi à 14H00 (18H00 GMT) par visioconférence.

Il n'était pas dans la salle où se tenait l'audience pour des raisons de sécurité, selon la police, qui a préféré ne pas prendre de risques en faisant circuler l'accusé dans la ville.

La tête de la victime, toujours manquante

Magnotta n'a pas donné d'indication sur le lieu où pourrait se trouver la tête de l'étudiant chinois qu'il est accusé d'avoir tué puis dépecé, dernière partie du corps de la victime restant introuvable.

Les enquêteurs l'ont interrogé mardi matin, peu avant sa comparution au palais de justice de Montréal. "On l'a rencontré mais cela ne nous a pas permis d'avoir la réponse à la question numéro un qui était: +où se trouve la tête de la victime?+", a déclaré à l'AFP le commandant Ian Lafrenière, précisant toutefois à propos de l'interrogatoire: "je peux dire que ça s'est bien passé".

Avant de prendre un vol pour Paris, le 26 mai, le Canadien Luka Rocco Magnotta aurait envoyé les pieds et les mains de la victime, Lin Jun, par colis postal au siège du Parti conservateur canadien et à celui du Parti libéral, à Ottawa, ainsi qu'à deux écoles de Vancouver.

La police a rapidement déterminé qu'ils correspondaient au tronc de la victime, retrouvé dans une valise dans une ruelle près de l'endroit où habitait Magnotta à Montréal.

Au palais de justice, quelques adolescents étaient venus assister à la comparution, dont l'un, âgé de treize ans, dit avoir "regardé un peu la vidéo" diffusée sur internet du meurtre sauvage de l'étudiant chinois Lin Jun, dont est accusé Magnotta.

"Ça m'intrigue beaucoup de voir comment un homme qui a fait un meurtre aussi grave, aussi cruel, peut paraître aussi calme et banal comme quand il passe à la télé", a déclaré à l'AFP Annas, un élève de première secondaire (l'équivalent de la classe de quatrième en France, ndlr).

Extradé par l'Allemagne, où il avait été arrêté le 4 juin dans un cybercafé au terme d'une cavale de dix jours, Magnotta est arrivé lundi soir à Montréal, menotté, à bord d'un avion militaire, sous forte escorte policière, avant d'être conduit dans un commissariat où il a passé la nuit.

Il fait face à cinq chefs d'accusation: "meurtre", "outrage à cadavre", "publication de choses obscènes", "envoi par la poste de choses obscènes" et "harcèlement criminel" à l'encontre du Premier ministre canadien Stephen Harper et d'autres personnes.

Il est passible de la prison à perpétuité.

© 2012 AFP
Newsletter
La 13H

Votre point info
de la mi-journée

publicité
publicité
publicité

publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr