Allemagne: prison ferme pour un ex-banquier, Ecclestone menacé

0 contributions
Publié le 27 juin 2012.

MUNICH (Allemagne) - La justice allemande a condamné mercredi un ancien banquier allemand à huit ans et demi de prison ferme pour avoir touché d'énormes pots-de-vin du grand argentier de la Formule 1, Bernie Ecclestone, qui risque d'être poursuivi à son tour.

Gerhard Gribkowsky, l'ancien directeur des risques de la banque régionale de Bavière BayernLB, a été reconnu coupable de corruption, d'abus de confiance envers sa banque et d'évasion fiscale par le tribunal de grande instance de Munich (sud).

Le parquet avait requis dans la matinée dix ans et demi de prison à son encontre, mais les juges lui avaient promis une peine maximale de neuf ans s'il passait aux aveux.

Au bout d'un an et demi de détention provisoire et huit mois de procès, M. Gribkowsky était sorti de son silence la semaine dernière et avait reconnu avoir touché 44 millions de dollars (35 millions d'euros) de pots-de-vin de la part de Bernie Ecclestone en 2006 et 2007, après en avoir réclamé 50 millions. L'argent, pour lequel il n'a pas payé d'impôt en Allemagne, a été placé dans une fondation en Autriche.

L'ancien banquier a reconnu que cette somme constituait une forme de récompense pour avoir arrangé la vente des droits de la F1 au fonds d'investissement britannique CVC en 2006, qui était à l'époque favorable au maintien d'Ecclestone à la tête de la discipline reine du sport automobile.

L'affaire risque d'avoir de lourdes conséquences pour Bernie Ecclestone, qui, à 81 ans, règne toujours en maître sur la F1.

"Partie prenante"

Car selon le procureur du parquet de Munich Christoph Rodler, le Britannique n'a pas été victime d'un chantage de la part du banquier allemand comme il l'avait prétendu en novembre devant le tribunal où il avait comparu en tant que simple témoin.

Bien au contraire, il a été "partie prenante d'un acte de corruption", a estimé le procureur. Et pour avoir contribué à vendre les droits à CVC pour 839 millions de dollars (673 millions d'euros), M. Ecclestone a aussi obtenu de M. Gribkowsky une commission colossale de 66 millions de dollars (53 millions d'euros) venant des fonds de BayernLB.

Si Bernie Ecclestone était poursuivi à son tour, l'affaire pourrait avoir des répercussions sur l'ensemble de la F1 et compromettre son projet d'introduction à la Bourse de Singapour cette année, spéculent déjà les médias allemands.

En outre, des écuries pourraient se retirer de la discipline, comme Mercedes, du groupe Daimler, qui en raison de règles strictes de bonne conduite s'est fixé pour principe d'éviter de participer à des activités entachées de corruption, selon le quotidien économique Handelsblatt.

"Nous sommes favorables à ce que la lumière soit faite" dans cette affaire, a réagi par courriel un porte-parole de la division sportive de Mercedes-Benz sollicité par l'AFP, sans évoquer un éventuel retrait de l'écurie.

CVC Capital Partners avait acquis 63,4% du capital de SLEC en 2006, la holding de Formula One Management (FOM), dirigée par Bernie Ecclestone, mais n'en détient plus que 40% suite à de récentes opérations de vente à d'autres fonds.

BayernLB avait hérité accidentellement des droits de la F1 au travers du groupe de médias de Leo Kirch, dont elle était créancière. Après la faillite de Leo Kirch en 2002, la banque a cherché à revendre ces droits au meilleur prix pour récupérer une partie de ses fonds.

© 2012 AFP
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr