Afghanistan: chasse à l'homme pour retrouver les exécuteurs d'une femme

2 contributions
Publié le 9 juillet 2012.

KABOUL - Les autorités afghanes ont lancé une chasse à l'homme pour retrouver les coupables, des talibans selon elles, de l'exécution sommaire d'une femme soupçonnée d'adultère dont l'insoutenable vidéo a choqué en Occident, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

"Nous avons envoyé la police dans la zone. Ils recherchent les talibans responsables" de l'excécution, a déclaré à l'AFP Basir Salangi, le gouverneur de Parwan, la province située à une centaine de kilomètres de Kaboul où la jeune femme a été tuée.

"Ces talibans, dont le tueur, ont fui dans les montagnes", mais "nous continuerons à les rechercher jusqu'à leur arrestation", a-t-il ajouté.

La force internationale de l'Otan en Afghanistan (Isaf) s'est de son côté dite "prête à assister les forces de sécurité afghanes dans la traque des auteurs de cet acte haineux", a déclaré son commandant, le général américain John Allen.

Dans un communiqué, le président Hamid Karzaï a "ordonné" à ses forces de sécurité de "n'épargner aucun effort" pour "arrêter et punir les coupables".

Les images de l'exécution par balle de celle que les autorités appellent Najiba, 22 ans, ont fait dimanche le tour du monde.

On y voit la victime écoutant stoïquement la sentence la condamnant à mort, avant qu'un homme, présenté comme son mari, ne lui tire dessus à 13 reprises, dont les 4 dernières sur son cadavre sans vie.

Ni le gouvernement ni les talibans ne contrôlent directement la vallée dans laquelle a été commis le meurtre, perpétré après la lecture par une sorte de juge de versets du Coran condamnant l'adultère, a observé le gouverneur de Parwan.

Les images montrent des hommes en armes dont la grande majorité semble être issus de l'ethnie pachtoune, la plus grande du pays et celle qui fournit l'essentiel du contingent taliban.

Nombre d'entre eux célèbrent l'exécution aux cris de "Longue vie à l'islam" et autres "Longue vie aux moudjahidines".

Le crime filmé a provoqué des réactions indignées en Occident. Le chef de la diplomatie britannique William Hague s'est notamment déclaré "choqué et dégoûté".

"Ce n'était pas la justice, c'était un meurtre, une atrocité d'une cruauté innommable", a abondé le général Allen, qui a condamné "les brutalités continues des talibans à l'encontre des civils innocents, particulièrement des femmes".

© 2012 AFP
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr