Afghanistan: Au moins 41 morts dans un attentat suicide revendiqué par Daesh à Kaboul

ATTAQUE La cible de l’attaque est l’un des principaux centres chiites de la capitale…

20 Minutes avec AFP

— 

Au moins 41 personnes ont été tuées et 84 blessées dans un attentat revendiqué par le groupe djihadiste Etat islamique (EI) contre un centre culturel chiite jeudi à Kaboul.

Au moins 41 personnes ont été tuées et 84 blessées dans un attentat revendiqué par le groupe djihadiste Etat islamique (EI) contre un centre culturel chiite jeudi à Kaboul. — SHAH MARAI

Nouvelle attaque sanglante en Afghanistan. Au moins 41 personnes ont été tuées et 84 blessées dans un attentat revendiqué par le groupe djihadiste Etat islamique (EI) contre un centre culturel chiite jeudi à Kaboul, a indiqué le ministère de l’Intérieur. L’attentat, dans lequel les talibans ont rapidement proclamé n’être pour rien, a aussi frappé l’Afghan voice agency, un média situé à proximité.

« Le centre (visé) reçoit un soutien de l’Iran et est l’un des principaux centres chiites à Kaboul », a déclaré le groupe EI dans un communiqué de son agence de propagande Amaq.

Une explosion suivie de deux autres

« La cible de l’attaque était le centre culturel Tabayan. Une cérémonie s’y tenait à l’occasion du 38e anniversaire de l’invasion soviétique en Afghanistan quand une explosion s’est produite », a déclaré le porte-parole adjoint du ministère de l’Intérieur, Nasrat Rahimi. Cette explosion​ a été suivie de deux autres, de moindre importance, qui n’ont pas fait de victimes, a-t-il ajouté.

>> A lire aussi : Six morts dans un attentat à Kaboul, Daesh revendique

Parmi les 41 morts, le porte-parole du ministère de la Santé a dénombré quatre femmes et deux enfants. Huit femmes figuraient également parmi les 84 blessés, dont la plupart « souffrent de brûlures », les autres étant des hommes, a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse.

Cet attentat est le plus sanglant depuis celui ayant visé une mosquée chiite en octobre dernier, qui avait fait 56 morts et 55 blessés. C’est le dernier en date à Kaboul où les attaques sanglantes se succèdent, faisant de la capitale l’un des endroits les plus dangereux du pays.