Afghanistan: Une attaque au camion-suicide des Talibans vise un consulat allemand

TERRORISME L'attentat a fiat au moins 2 morts et 32 blessés...

G. N. avec AFP

— 

L'attentat a visé le consulat allemand à Mazar-i-Sharif, dans le nord du pays (illustration).

L'attentat a visé le consulat allemand à Mazar-i-Sharif, dans le nord du pays (illustration). — FARSHAD USYAN / AFP

Le consulat allemand de Mazar-i-Sharif, dans le nord de l’Afghanistan, a été visé jeudi soir par un attentat meurtrier de très forte puissance au camion-suicide, revendiqué par les Talibans, a-t-on appris de sources concordantes. L’explosion qui a été entendue dans toute la ville, a fait au moins deux morts et 32 blessés admis à l’hôpital local, selon un premier bilan fourni par le médecin-chef de l’établissement, le Dr Noor Mohammad.

Le responsable de la police locale Sayed Kamal Sadat a indiqué avoir envoyé des renforts pour obtenir d’avantage d’informations, tandis que les ambulances se précipitaient sur place toutes sirènes hurlantes. Le porte-parole Taliban Zabihullah Mujahid a revendiqué « l’opération martyr » dans un communiqué, affirmant qu’elle a été conduite « en représailles » aux frappes aériennes américaines qui ont tué au moins 32 civils à Kunduz (nord) le 3 novembre.

Les vitres soufflées dans un rayon de plusieurs kilomètres

Il a affirmé que des « assaillants » avaient pu pénétrer à l’intérieur du bâtiment pour y poursuivre l’attaque mais ceci n’a pas été confirmé de sources indépendantes, même si des habitants voisins du consulat faisaient état d’échanges de tirs sur les réseaux sociaux.

>> A lire aussi : Une frappe de drone américain a visé un haut responsable d’Al-Qaida

Selon le correspondant de l’AFP qui n’a pu atteindre le lieu de l’attentat, ceinturé par les forces de l’ordre, l’explosion a brisé toutes les vitres « dans un rayon de plusieurs kilomètres » et réveillé les habitants qu’il a entendu pleurer et hurler de frayeur. Des hélicoptères survolent actuellement la zone, a-t-il ajouté.

>> A lire aussi : L’industrie du talc finance Daesh et les talibans

 

Mots-clés :