La future Première ministre Pauline Marois évacuée de la scène, où elle prononçait un discours après la victoire du Parti québécois (PQ), le 4 septembre 2012
La future Première ministre Pauline Marois évacuée de la scène, où elle prononçait un discours après la victoire du Parti québécois (PQ), le 4 septembre 2012 - Graham Hughes/AP/SIPA

M.Gr. avec agence

Un homme armé a ouvert le feu ce mercredi au Métropolis, une salle de spectacles de Montréal où la chef de file des séparatistes Pauline Marois, dont le Parti québécois (PQ) vient de remporter les élections provinciales, prononçait un discours, a annoncé la police.

Une personne a été tuée dans la fusillade, rapporte Le Journal de Montréal. Un autre homme, touché par un projectile, serait plus légèrement blessé et sa vie ne serait pas en danger. Un troisième homme, souffrant d’un violent choc nerveux, a dû être conduit à l'hôpital. Les faits se sont produits peu avant minuit, alors que Pauline Marois s’adressait à ses militants. Cet incident est survenu au moment où Pauline Marois venait de déclarer: «l'avenir du Québec, c'est de devenir un pays souverain».

La nouvelle Première ministre, qui a été évacuée de la scène où elle se trouvait par ses gardes du corps, est revenue un peu plus tard pour rassurer ses supporters, avant de définitivement quitter la scène. Les militants péquistes ont à leur tour quitté, dans le calme, la salle de spectacle.

Cocktail Molotov

Selon le porte-parole de la police Danny Richer, un homme d'une cinquantaine d'années a été arrêté. Il est également soupçonné d'avoir mis le feu à l'arrière du bâtiment. Quelques minutes plus tard après les coups de feu, un incendie avait en effet éclaté devant une entrée du Métropolis de Montréal, où se déroulait le rassemblement. Selon des témoins rencontrés sur place par Le Journal de Montréal, l’homme aurait lancé un cocktail Molotov.

Des images diffusées par la chaîne de télévision RDI montrent un homme armé d'un fusil et vêtu d'une cape noire être maîtrisé par la police et crier en français: «Les Anglais se réveillent». L'homme, qui était vraisemblablement en possession d’un puissant fusil d’assaut de type Kalachnikov, a ajouté en anglais, selon des journalistes canadiens sur place: «on va vous rendre la monnaie de la pièce. Certains membres de la communauté anglophone de Québec craignent que l'arrivée au pouvoir des indépendantistes ne puisse avoir un impact négatif sur leur statut.

Vers 1 h mercredi, la police de Montréal a confirmée la mort d’une des victimes, alors que la seconde serait dans un état critique. On ignore s'il s'agit d'employés de la salle de spectacle, ou de militants péquistes. L'identité du tireur reste pour l'heure inconnue.