La maison de Cudahy où vivait Wade Michael Page, le tireur présumé de la fusillade d'Oak Creek, dans le Wisconsin, le 5 août 2012.
La maison de Cudahy où vivait Wade Michael Page, le tireur présumé de la fusillade d'Oak Creek, dans le Wisconsin, le 5 août 2012. - Jeffrey Phelps/AP/SIPA

Bérénice Dubuc

Au lendemain de la fusillade qui a fait sept morts, dont le tireur, et trois blessés graves, dans un temple sikh d’Oak Creek, dans le Wisconsin, les enquêteurs cherchent à savoir qui était l’auteur de la fusillade.

Le FBI a été chargé de l'enquête, a indiqué le chef de la police d'Oak Creek, John Edwards. Il  n’a pas dévoilé le nom de l’homme. Cependant, plusieurs médias américains, citant différentes sources policières, ont indiqué qu’il s’agissait de Wade Michael Page, 40 ans. John Edwards a indiqué que le tireur présumé était un ancien militaire, et précisé qu’il vivait dans les environs. Des perquisitions ont eu lieu dimanche soir à son domicile présumé, une maison grise à étages à Cudahy, une petite ville de la région de Milwaukee.

Six ans dans l’armée

Selon un agent du département américain de la Défense, Wade Page a appartenu à l'US Army de 1992 à 1998. Il a été base à Fort Bliss au Texas, et Fort Bragg en Caroline du Nord. Il travaillait sur les missiles Hawk, puis est devenu spécialiste de la guerre psychologique. Il a servi en tant que sergent, avant d’être rétrogradé au rang de spécialiste, et a quitté l’armée, selon ABC.

John Edwards a indiqué à CNN que les enquêteurs vérifiaient un éventuel lien de Wade Page avec des groupes extrémistes. En effet, selon certains médias américains, l’homme aurait appartenu à un groupe de musique raciste prônant le «white power», Apathy. Ils vérifient également que l’homme n’a rien posté sur Internet, et enquêtent sur la signification de ses tatouages.

Selon plusieurs témoins, l'agresseur arborait en effet un tatouage «9/11», référence aux attentats contre le World Trade Center. «Ce sont des éléments du puzzle qui nous permettront peut-être de comprendre les motivations d'un acte si horrible», a indiqué le porte-parole du Bureau fédéral des armes, du tabac et des explosifs (ATF), Tom Ahern, cité par ABC. Car les enquêteurs cherchent encore le mobile du tireur. «Le FBI enquête pour déterminer si cette affaire pourrait relever du terrorisme intérieur, mais aucun mobile n'a été déterminé à cette heure», selon un enquêteur du FBI.