L'auteur présumé de la fusillade survenue dimanche dans un temple sikh d'Oak Creek, dans le Wisconsin (nord), a été identifié lundi comme étant un ancien soldat lié à des groupuscules prônant la suprématie de la race blanche.
L'auteur présumé de la fusillade survenue dimanche dans un temple sikh d'Oak Creek, dans le Wisconsin (nord), a été identifié lundi comme étant un ancien soldat lié à des groupuscules prônant la suprématie de la race blanche. - Darren Hauck afp.com

© 2012 AFP

L'auteur présumé de la fusillade survenue dimanche dans un temple sikh d'Oak Creek, dans le Wisconsin (nord), a été identifié lundi comme étant un ancien soldat lié à des groupuscules prônant la suprématie de la race blanche.

"Nous étudions ses liens avec les groupes prônant la suprématie de la race blanche", a déclaré l'agent Teresa Carlson, qui dirige le bureau du FBI à Milwaukee, lors d'une conférence de presse organisée au lendemain de la fusillade au cours de laquelle Wade Michael Page, 40 ans, a tué six personnes avant d'être abattu par les forces de l'ordre.

"Il n'y avait aucune enquête en cours sur lui avant les faits survenus hier", a-t-elle ajouté sans être en mesure d'éclaircir ses motivations éventuelles. "Aucune agence de maintien de l'ordre n'avait de raison de penser qu'il préparait quelque chose".

Le Pentagone avait auparavant révélé ses états de service: engagé dans l'armée américaine de 1992 à 1998, c'était alors un spécialiste de la guerre psychologique et il n'avait jamais été déployé dans des opérations extérieures.

"Il a été libéré de ses obligations militaires et n'avait plus la possibilité de se réengager dans l'armée", a déclaré sans plus de précisions le chef de la police d'Oak Creek John Edwards.

Dimanche, Wade Michael Page, qui vivait à proximité, a tué six personnes dans un temple sikh à Oak Creek, dans la banlieue de Milwaukee. Toutes les victimes sont des hommes, âgés de 39 à 84 ans, ont précisé les autorités.

Parmi les trois personnes grièvement blessées dans la fusillade figure le premier policier arrivé sur les lieux après que l'alerte eut été donnée à 10H25 (15H25 GMT).

En arrivant, "il a vu une victime sur le parking et est sorti de son véhicule pour lui porter secours. (...) A ce moment, il est tombé sur le suspect, qui lui avait tendu une embuscade à côté de sa voiture. Il a été touché par huit ou neuf balles tirées à proximité immédiate avec un pistolet", a précisé John Edwards.

L'arme est un pistolet de calibre 9 mm acheté légalement, selon les autorités.

Wade Michael Page a ensuite été tué lors d'échanges de coups de feu avec les policiers arrivés en renfort, a ajouté M. Edwards, confirmant qu'un seul tireur était impliqué dans la fusillade. Peu après les faits, les autorités avaient pensé pendant un temps que plusieurs personnes pouvaient avoir pris part à la tuerie.

"Un néonazi exaspéré"

Selon le Southern Poverty Law Center (SPLC), un institut réputé de lutte contre le racisme, Page était un "néonazi exaspéré qui avait dirigé un groupe de musique raciste exaltant le pouvoir blanc".

L'homme avait fondé en 2005 un groupe de métal nommé "End Apathy" ("En finir avec l'apathie") avec lequel il se produisait dans des festivals et il faisait partie de la scène musicale exaltant la suprématie blanche depuis 2000.

Le site de l'institut publie une photo non datée du tireur en concert, crâne rasé et tee-shirt sans manches découvrant de nombreux tatouages à l'aspect gothique, avec des croix celtiques.

Cette nouvelle fusillade survient 15 jours à peine après celle, le 20 juillet, lors de la première de Batman dans un cinéma d'Aurora, dans le Colorado (ouest), au cours de laquelle James Holmes, 24 ans, avait tué 12 personnes.

Ces massacres ont encore relancé aux Etats-Unis le débat sur la détention d'armes à feu, qui est un droit constitutionnel.

Barack Obama, constatant que "ces événements terribles et tragiques arrivent trop fréquemment", a estimé qu'un "examen de conscience" était nécessaire sur la manière de réduire la violence dans le pays. Le président a aussi demandé à mettre les drapeaux en berne pour honorer la mémoire des personnes tuées dans le Wisconsin.

Le Premier ministre indien, Manmohan Singh, s'est lui dit "profondément choqué et attristé". "Le fait que cet acte de violence gratuite ait visé un lieu de culte religieux est particulièrement douloureux", a déclaré M. Singh, lui-même sikh, dans un communiqué.

Les sikhs, qui portent un turban et la barbe, sont souvent pris pour des musulmans et font l'objet d'attaques racistes à ce titre aux Etats-Unis, notamment depuis le 11-Septembre. Ils sont entre 500.000 à 700.000 aux Etats-Unis.