Les agents du SWAT  encerclent le temple sikh d'Oak Creek, dans le Wisconsin, où a eu lieu une fusillade, le 5 août 2012.
Les agents du SWAT encerclent le temple sikh d'Oak Creek, dans le Wisconsin, où a eu lieu une fusillade, le 5 août 2012. - Darren Hauck/Getty Images/AFP

B.D. avec agences

Un homme armé a ouvert le feu ce dimanche dans un temple sikh d'Oak Creek, dans l'Etat américain du Wisconsin, pendant l'office du matin. Au moins sept personnes dont le tireur sont mortes dans la fusillade, et trois ont été gravement blessées, ont déclaré des sources policières et hospitalières.

Quatre personnes ont été abattues à l'intérieur du temple de cette petite ville de 35.000 habitants dans la banlieue de Milwaukee, et trois, dont le tireur, à l'extérieur, a déclaré Bradley Wentlandt, chef de la police de Greenfield, dans le Wisconsin. La police, dépêchée sur place, avait craint à un moment qu'un second tireur ne se trouve dans le temple mais affirme désormais que ce ne serait pas le cas.

Le premier policier sur les lieux a abattu le tireur

Nalissa Wienke, porte-parole du Collège médical du Wisconsin à Milwaukee, a déclaré que trois hommes avaient été transportés à l'hôpital et se trouvaient dans un état critique.

Selon le journal Milwaukee Journal Sentinel, qui cite Bradley Wentlandt, le premier policier arrivé sur les lieux s'est trouvé face au tireur, et a échangé des coups de feu avec lui. Le policier a réussi à abattre le tireur, mais a été touché à de multiples reprises. Il a été transporté au Froedtert Hospital de Wauwatosa, où il a été opéré. Ses jours ne seraient pas en danger, selon le chef de la police de Greenfield.

Selon un membre de la communauté sikhe cité par le journal Milwaukee Journal Sentinel, un homme blanc d'une trentaine d'années serait l'auteur de la fusillade, survenue vers 10h30 (17h30 à Paris). Il aurait commencé à tirer en s'approchant d'un prêtre qui se trouvait à l'extérieur du temple où les fidèles avaient commencé à converger en début de matinée pour une cérémonie religieuse.

«Sans doute un crime de haine»

Selon le Milwaukee Journal Sentinel, les commandos de la police seraient rentrés dans le temple vers midi (19h à Paris), et auraient évacué des personnes qui n'étaient pas blessées.

Le président du temple, Satwant Kaleka, a été touché et hospitalisé, selon le journal local pour qui il pourrait y avoir de 20 à 30 personnes touchées. Le journal a aussi cité un membre du comité de direction du temple, Ven Boba Ri, indiquant qu'«il n'avait aucune idée» du motif de la fusillade. «C'est sans doute un crime de haine, ça ne vient pas de quelqu'un de l'intérieur.»

Les sikhs, qui portent un turban et la barbe, sont souvent pris pour des musulmans et font l'objet d'attaques racistes à ce titre aux Etats-Unis, notamment après les attentats du 11-Septembre.Le président américain Barack Obama et sa femme Michelle se sont dits «profondément attristés» par la nouvelle.

«Alors que nous pleurons cette perte subie dans un lieu de culte, nous nous rappelons aussi combien notre pays a été enrichi par les Sikhs, qui font partie de notre grande famille américaine», ont-ils déclaré dans un communiqué de la Maison Blanche.