James  Eagan Holmes, l'auteur de la tuerie d'Aurora, en banlieue de Denver  dans le Colorado, devant la justice pour une  première comparution, le lundi 23 juillet 2012
James Eagan Holmes, l'auteur de la tuerie d'Aurora, en banlieue de Denver dans le Colorado, devant la justice pour une première comparution, le lundi 23 juillet 2012 - RJ Sangosti/AP/SIPA

avec AFP

James Holmes, l'auteur présumé de la tuerie qui a fait 12 morts et 58 blessés la semaine dernière dans un cinéma d'Aurora, dans le Colorado, suivait une thérapie chez une psychiatre spécialiste de la schizophrénie.

L'information a été révélée par des documents judiciaires transmis vendredi par les avocats de James Holmes, 24 ans, un ancien étudiant diplômé de l'Université du Colorado. Ces derniers ont demandé à la cour du comté d'Arapahoe de ne pas utiliser le contenu d'un paquet adressé par l'auteur présumé de la tuerie à sa psychiatre, le Dr Lynne Fenton, et saisi par les enquêteurs. «James Holmes était un patient du Dr Fenton et leurs échanges sont protégés par le secret médical», peut-on lire dans la motion déposée devant la justice par les avocats de la défense.

D'après la législation de l'Etat du Colorado, les professionnels de la santé mentale ne peuvent être tenus pour responsables lors de poursuites civiles s'ils n'ont pas su prévoir le comportement violent d'un patient, à moins que cela n'implique une «menace sérieuse de violence physique imminente contre une personne spécifique ou plusieurs personnes.» Dans le cas d'une telle menace, le professionnel de santé doit prendre des mesures - notamment avertir les personnes visées ou les forces de l'ordre.

La psychiatre n'a pas pu être jointe dans l'immédiat par Reuters pour commenter ces informations et un porte-parole de la faculté de médecine de l'Université du Colorado a refusé de se prononcer, invoquant une ordonnance émanant du juge chargé de l'affaire.

Une spécialiste de la schizophrénie

Selon le site du campus, le Dr Fenton, directeur médical des services de santé mentale à l'Université du Colorado, délivre traitements et psychothérapies aux étudiants de troisième cycle de l'université, en plus de sa charge d'enseignement. La biographie du Dr Fenton disponible en ligne indique par ailleurs que la psychiatre a mené des recherches sur la schizophrénie et obtenu une bourse de deux ans pour travailler sur ce sujet au sein du ministère des Anciens Combattants de 2008 à 2010. La psychiatre est également membre de «l'équipe d'évaluation des risques et des comportements» basée sur le campus, qui aide la faculté et le personnel à s'occuper des «individus qui pourraient être sources de menaces, de perturbations ou d'autres problèmes», précise le site Internet de ce groupe.

Il n'a pas pu être établi avec certitude si le Dr Fenton suivait James Holmes dans le cadre de ce programme d'évaluation des risques ou si ce dernier bénéficiait des consultations que la psychiatre proposait habituellement aux étudiants.
Des archives de l'Etat mises en ligne indiquent également qu'elle a reçu une «lettre d'avertissement» du Bureau des examinateurs médicaux du Colorado en 2004. Les détails des réprimandes qui lui ont été adressées n'étaient pas immédiatement accessibles auprès du site, mais selon le New York Times la lettre reprochait au Dr Fenton d'avoir prescrit sans ordonnance à plusieurs reprises des médicaments à son mari et à d'autres personnes qui n'étaient pas ses patients.

Déballage médiatique

La chaîne Fox News a révélé mercredi, citant une source proche de l'enquête, que deux colis avaient été envoyés par James Holmes à un psychiatre de l'université du Colorado, et que l'un de ces paquets contenait un carnet détaillant le scénario de la fusillade.

La défense accuse le gouvernement de divulguer des informations aux médias sans tenir compte de l'ordonnance de non-publication et réclame des sanctions. Le parquet a répondu à la motion d'enquête de la défense en contestant plusieurs éléments divulgués par les médias comme étant erronés, suggérant que la personne qui avait fourni des informations, notamment à Fox News, ne disposait pas d'une réelle connaissance de l'affaire.

James Holmes a comparu pour la première fois lundi devant la justice. Il n'a pas prononcé la moindre parole durant l'audience et n'a exprimé aucune émotion. Une nouvelle audience est fixée au lundi 30 juillet, au cours de laquelle Holmes devrait se voir notifier les charges retenues contre lui.