L'ONU lance une campagne contre la criminalité organisée, avec des vidéos

0 contributions
Publié le 16 juillet 2012.

L'Organisation des Nations Unies (ONU) lance lundi une campagne internationale de "sensibilisation à la criminalité organisée, une économie qui brasse 870 milliards de dollars par an" (695 milliards d'euros), campagne s'appuyant notamment sur deux vidéos.

Pour l'Office de l'ONU de lutte contre la drogue et le crime organisé (ONUDC/UNODC), basé à Vienne, "la campagne souligne l'ampleur et l'étendue de la criminalité transnationale organisée: il s'agit d'une activité qui génère 870 milliards de dollars par an, soit plus de six fois le montant de l'aide officielle au développement, 1,5% du Produit intérieur brut (PIB) mondial ou 7% des exportations mondiales de marchandises".

"La criminalité organisée n'épargne aucun pays, aucune région: elle profite des plus vulnérables par la menace ou la tricherie", souligne l'ONUDC. A titre d'exemple, les victimes de la traite des personnes sont au nombre de 2,4 millions, ce qui génère des profits de 32 milliards de dollars (25,5 milliards d'euros), et, "chaque année, 1,5 million de personnes sont victimes d'une usurpation d'identité".

La contrefaçon (250 milliards de dollars, selon l'Organisation de Coopération et de Développement économiques, OCDE), les faux médicaments (1% des médicaments dans le monde, jusqu'à 30% dans des pays d'Asie, d'Afrique ou d'Amérique du Sud, d'après l'Organisation mondiale de la Santé, OMS), le trafic de drogue (320 milliards de dollars ou 255 milliards d'euros, en 2009, 85 milliards de dollars ou 68 milliards d'euros pour la seule cocaïne), le trafic du bois en Asie du Sud-Est (3,5 milliards de dollars ou 2,8 milliards d'euros) figurent également parmi les sujets traités.

De même que le trafic d'armes (de 170 à 320 millions de dollars ou de 135 à 255 millions d'euros) ou les aliments frelatés, qui, selon une étude de la Food Standards Agency britannique, représenteraient en Grande-Bretagne 10% des denrées alimentaires, ainsi, par exemple, un "saumon sauvage" sur sept serait en réalité un poisson d'élevage.

Sans oublier le trafic d'animaux sauvages, celui de matières premières rares ou la cybercriminalité.

Pour cette campagne, "à destination du grand public", l'ONUDC a créé un site internet dédié: www.unodc.org/toc, qui "sera mis à jour régulièrement" et qui présente "différentes fiches d'information sur les aspects financiers et sociaux de la criminalité organisée, notamment sur la traite des personnes ou encore les contrefaçons".

Deux vidéos de 60 et 30 secondes, qui doivent être diffusées par des chaînes de télévision internationales, sont aussi visibles à l'adresse internet suivante: http://youtu.be/mvVQjuWr4NQ.

Et la campagne est également sur Twitter (@unodc;#TOC), Facebook (facebook.com/unodc) et Google+ (plus.ly/unodc)

Lien vers une vidéo de l'ONUDC postée sur YouTube
© 2012 AFP
Mots-clés
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr