Afrique du sud: quand Shakespeare circulait sous le manteau à Robben Island

0 contributions
Publié le 16 juillet 2012.

Quand un geôlier a voulu confisquer les oeuvres complètes de Shakespeare à Sonny Venkatrathnam, compagnon de captivité de Nelson Mandela sur l'île de Robben Island, le prisonnier lui a fait croire qu'il s'agissait d'une Bible.

C'est ainsi que le gros volume est passé de cellule en cellule, entre les mains des prisonniers politiques de l'apartheid, regroupés sur cette île prison au large du Cap jusqu'au début des années 90.

"Nous n'avions le droit d'avoir aucune lecture" se souvient Venkatrathnam, emprisonné dans les années 70, "c'était un problème d'avoir ne serait-ce qu'un seul livre, et je savais que le seul qui me permettrait de tenir le coup, c'était Shakespeare, ses oeuvres complètes".

Aujourd'hui âgé de 78 ans, Venkatrathnam ne s'est jamais séparé du livre, qui sera exposé à partir de cette semaine au British Museum de Londres.

L'universitaire sud-africain Ashwin Desai, auteur d'un ouvrage sur cette histoire de la littérature à Robben Island, raconte les efforts des détenus pour contourner les rigidités et parfois les absurdités du système de censure de l'apartheid.

L'idée lui est venue en feuilletant le volume de Shakespeare, et en découvrant que les détenus le signaient et l'annotaient après l'avoir lu. Mandela, par exemple, avait marqué sa préférence pour "Jules César".

"Je me rends compte qu'il s'agissait de beaucoup plus que de simplement signer un livre", dit Desai, "ces gens pensaient à Shakespeare, lisaient Shakespeare, ils étaient remplis de cette pensée et ressentaient la résonance de ces oeuvres avec leur propre lutte".

Le besoin de beauté et de grandeur littéraire était d'autant plus fort que les prisonniers de Robben Island étaient là justement en raison de leur idéal, "incarcérés à cause de l'apartheid, considérés comme des hommes inférieurs", rappelle Desai

Bibliothèque clandestine

"Mais ils ont imaginé et rêvé de grandes choses, et ils ont réellement amélioré leur vie grâce à cette quête incessante du savoir. Et les gardiens blancs, qui étaient censés être d'une race supérieure, ne pouvaient pas s'y opposer", poursuit l'universitaire.

La lecture, pour ces hommes coupés du monde pendant des années, a été le fil qui les a reliés à la vie, grâce à un système sophistiqué et clandestin de "bibliothèque" et d'enseignement de la lecture pour les illettrés.

Les livres prenaient d'autant plus de place dans l'imaginaire et la réflexion de ces militants incarcérés qu'ils étaient privés de toute information extérieure, les journaux et la radio étant interdits sur l'île.

"Il y avait pas mal de livres qui entraient parce que nos gardiens ne savaient pas de quoi il s'agissait", se rappelle Ahmed Kathadra, 82 ans dont 26 à Robben Island, une grande figure de la lutte contre l'apartheid, qui fut le "bibliothécaire" de la section de Mandela. "Tout le monde en profitait, mais nous étudiions aussi".

Sedick Isaacs, lui aussi bibliothécaire de sa section, raconte comment un gardien a laissé entrer "Le Capital" de Karl Marx, ignorant qu'il s'agissait de l'oeuvre fondamentale du communisme: "Ca m'a beaucoup amusé, dit Isaacs, "quand il m'a dit: +Capital+, ah oui, ça parle d'argent. Vous pouvez le garder".

Au contraire, une oeuvre de littérature pour la jeunesse comme "Black Beauty" (littéralement: Beauté Noire), racontant la vie d'un cheval en Grande-Bretagne, avait été interdit par la censure. Probablement à cause du titre.

Isaacs, placé à l'isolement, écrivit aussi un "manuel de mathématiques" pour un détenu de la cellule voisine. "Je laissais mon manuscrit dans les toilettes, il le récupérait, étudiait et faisait les exercices. C'est comme ça que j'ai écrit mon premier livre, à la main en tout petit sur du papier toilette".

C'est également à la main et clandestinement que Nelson Mandela écrivit, à Robben Island, "Un long chemin vers la liberté", son autobiographie devenue ensuite un best-seller mondial.

© 2012 AFP
Mots-clés
Newsletter
La 13H

Votre point info
de la mi-journée

publicité
publicité
publicité

publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr