Ukraine: l'examen du pourvoi en cassation de Timochenko reporté au 16 août

0 contributions
Publié le 12 juillet 2012.

La Cour de cassation ukrainienne a reporté jeudi pour la troisième fois, au 16 août, l'examen du pourvoi de l'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko contre sa condamnation à sept ans de prison pour abus de pouvoir, affaire qui fait l'objet de vives critiques internationales.

"L'audience a été reportée au 16 août à 10H00" (07H00 GMT), a déclaré le président de la juridiction, Stanislav Michtchenko, dont l'annonce a été accueillie par des cris d'indignation de sympathisants de l'opposante, selon une journaliste de l'AFP présente à la Cour de cassation à Kiev.

La Cour a ainsi satisfait la demande du parquet qui avait déjà sollicité un report de l'audience les deux fois précédentes, à la mi-mai, puis fin juin, en attendant les résultats d'une expertise gouvernementale sur l'état de santé de Mme Timochenko.

Souffrant de hernies discales, l'opposante a été transférée début mai de sa prison à Karkhiv (est) dans une clinique publique.

L'un de ses avocats, le député Sergui Vlassenko, a estimé que cette décision de reporter à nouveau l'audience visait à empêcher l'examen de cette affaire par la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) à Strasbourg (est de la France).

"Le pouvoir (en Ukraine) en a une peur bleue et fait tout pour l'empêcher", a-t-il déclaré à la Cour, alors que l'examen d'un recours de sa cliente par la CEDH est prévu le 28 août.

Avant que la CEDH ne puisse examiner l'affaire Timochenko, tous les recours judiciaires doivent être épuisés dans le pays, ce qui ne sera pas le cas tant que la Cour de cassation ukrainienne ne se sera pas prononcée.

M. Vlassenko a encore accusé le régime du président Viktor Ianoukovitch de chercher à empêcher l'opposante à se faire élire au Parlement lors de législatives de fin octobre.

Plusieurs centaines de sympathisants de Mme Timochenko, beaucoup en tee-shirts "Liberez Ioulia" (Free Yulia), ont par ailleurs manifesté devant la Cour autour de laquelle un important dispositif policier a été déployé pour l'occasion. "Liberté à Ioulia!", ont-ils scandé.

L'affaire Timochenko a provoqué une grave crise dans les relations entre Kiev et l'Occident qui y voit une motivation politique et réclame la libération de l'opposante.

L'ex-président polonais Alexander Kwasniewski et l'Irlandais Pat Cox, ancien président du Parlement européen, ont assisté au procès en qualité d'observateurs européens.

Incarcérée depuis août 2011, Mme Timochenko a été condamnée en octobre dernier à sept ans de prison pour abus de pouvoir dans la signature d'un contrat gazier avec la Russie jugé désavantageux pour le pays du temps où elle était chef du gouvernement.

Egérie de la révolution Orange en Ukraine en 2004, Mme Timochenko a toujours dénoncé ce procès comme une vengeance personnelle du président Ianoukovitch, élu en 2010.

© 2012 AFP
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité

publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr