Le système de contrôle des crues du barrage des Trois Gorges en Chine, en juin 2007.
Le système de contrôle des crues du barrage des Trois Gorges en Chine, en juin 2007. - XINHUA/SIPA

Avec Reuters

Le barrage des Trois Gorges est fin prêt. La dernière turbine de l'imposante construction a été reliée mercredi au réseau, marquant l'achèvement d'un projet hydroélectrique qui a coûté à la Chine plus de 40 milliards d'euros et entraîné le déplacement d'1,3 million de riverains.

L'installation de cette 32e unité de 700 megawatts porte la capacité totale de production du barrage à 22,5 gigawatts, soit 11% de la capacité hydroélectrique du pays. «L'exploitation de tous les générateurs fait du barrage des Trois Gorges le plus important projet d'énergie hydroélectrique au monde, et la plus grande base d'énergie propre», a déclaré lors d'une cérémonie Zhang Cheng, directeur général de l'entreprise exploitant le projet, China Yangtze Power.

Les risques de tremblement de terre et de glissement de terrain

La construction de la centrale hydroélectrique des Trois Gorges a débuté en 1994, et sa première unité de production a été connectée au réseau en juillet 2003. Mais la centrale, située à mi-chemin du cours du Yangtze, a coûté au total 254 milliards de yuan (31,8 milliards d'euros), soit quatre fois le montant estimé au départ. Quelque 123,8 milliards de yuan supplémentaires (15 milliards d'euros) ont été consacrés au suivi du projet.

La construction du barrage de 185 mètres de haut et son réservoir de 600 km ont entraîné le déplacement d'au moins 1,3 million de personnes. Le gouvernement a reconnu que les risques de tremblements de terre et de glissements de terrain avaient augmenté dans la région. La Chine a dû mettre un frein à ses projets d'infrastructures hydroélectriques à grande échelle après l'achèvement de la construction du barrage en 2006, en raison notamment du coût grandissant engendré par les déplacements de population et la protection de l'environnement.

Pékin envisage pourtant de mettre en service une autre unité de production hydroélectrique de 140 gigawatts d'ici 2015 afin d'atteindre ses objectifs en matière d'énergie renouvelable.